La Porte Dogon, galerie d'art africain, le site de vente en ligne d'Essentiel Galerie: Art premier, art tribal, art primitif
...
Options de recherche


Objets d'art africain :


Les réalisations d’art africain fascinèrent nombre d’artistes et collectionneurs européens au XXe siècle. D’André Breton à Picasso, tous furent saisis d’une fièvre acheteuse qui s’est rapidement répandue dans le milieu. Si ces sculptures revêtent davantage une dimension artistique pour les occidentaux, c’est néanmoins au travers de leur sacralisation rituelle qu’elles se révèlent pour les peuples africains. Leur rôle cérémoniel leur confère en effet une puissance unique qui les distingue des autres formes d’art ethnique. Ces œuvres furent acquises (vendues ou offertes par les autochtones) tout au long du XXe siècle par des ethnologues en mission ou des coopérants coloniaux afin d’être exposées dans les musées, ou intégrées dans des collections privées prestigieuses. C’est l’histoire de ces pièces que nous vous proposons de découvrir à travers notre galerie et notre site web.

Oshe Sango Yoruba
Art africain > Statues africaines > Oshe Sango Yoruba

Ex collection privée française Guy Brunel.
M. Brunel, chimiste de formation, a sillonné le monde avant de se passionner pour l'Afrique qu'il découvre grâce à sa fille aînée. Zaïre, Kenya, Ethiopie, Cameroun, Guinée,... Jusqu'à son décès, il aura accumulé près de 600 pièces. Ses légataires ont décidé de mettre en vente cette collection par le biais de notre galerie.

Les Oshe des yoruba servent lors des danses rituelles de "matriarca". Ceux-ci sont portés dans la main gauche par les danseurs. Ces figures représentent au travers de leur coiffe en double hache, le dieu du tonnerre et de la jeunesse Shango, ou Sango. Ce dernier est l'ancêtre mythique des rois d'Oyo.
Il s'agit d'une divinité crainte par son imprévisibilité. Il est vénèré car il apporte aux cultures ...


Voir la fiche

380,00

Tête commémorative Oni Ife Bini Edo
objet vendu
Art africain > bronze africain > Tête commémorative Oni Ife Bini Edo

Ex collection privée belge d'art africain.

Le courant artistique dont ces têtes font partie porte en fait le nom de l'ancienne capitale religieuse du Nigéria, Ifè. Il s'agissait de l'une des nombreuses cités-états établies par les Yoruba.
Cette civilisation succéda à la civilisation Nok.

Les têtes en bronze étaient fabriquées selon la technique de la cire perdue, technique qui pourrait avoir été importée du Soudan ou rapportée des abords de la Mediterranée par des forgerons sculpteurs itinérants qui l'utilisaient pour la fabrication de couteaux et de cloches.

Le titre d'oni désigne le chef religieux d'Ifè. Lors de l'accession au trône, le roi envoyait des présents à l'oni en fonction. Ce dernier lui répondait par trois objets symbolisant ...

Statue d ancêtre Dogon
objet vendu
Art africain > Statues africaines > Statue d'ancêtre Dogon

Il s'agit d'une statue d'ancêtre Dogon à la patine rouge crouteuse.
Ce personnage aux traits filiformes se tient debout et porte un masque à lame wakara lui-même décoré d'un crocodile protecteur.
Tout le corps et les membres du personnage sont ornés d'anneaux s'apparentant à des bracelets. Il porte également une parure sur les épaules et le torse. Chez les Dogon, le rang social est dû à l'ascendance, aussi, plus l'ascendance est importante, plus le rang social est élevé.
Afin de se souvenir de l'ascendance d'une famille, celle-ci la représente par la statuaire, la signifie par les chants et aussi par l'écriture.


Voir la fiche

Vendu

Grand masque Batcham Bamileke
objet vendu
Art africain > Masque africain > Grand masque Batcham Bamileke

L'originalité des masques dans l'art africain.

Le masque hippopotame est le plus important des chefferies bamileke, et son apparition est rare. Ce masque est nommé "Batcham" car le premier masque de ce type a été trouvé dans la chefferie de Batcham, qui veut dire "hospitalier", car on s'y réfugiait pendant les guerres.
Appartenant à la société msop qui intervenait lors du sacre du fo (roi), ce masque tsesah ou tsemabu représente une tête mi-animale (hippopotame), mi-humaine.
Les chefs exhibaient les masques hippopotame lors des cérémonies funéraires, judiciaires, et lors de la désignation du successeur.
Celui-ci dispose d'une belle patine rougeâtre ainsi que de réparations indigènes faites d'agrafes en laiton.


Voir la fiche

Vendu

Maternité Tikar en bronze
Art africain > Maternité > Maternité Tikar en bronze

La maîtrise du bronze dans l'art africain.

Il s'agit d'une représentation typique de figure maternelle selon les canons de l’art Tikar.
Assise sur un tabouret royal, elle tient sur ses genoux deux enfants. De haute lignée, elle est richement parée de bijoux, collier et bracelets autour du cou et des poignets.
La coiffe est très élaborée et de nombreuses scarifications rituelles recouvrent son ventre. L'assise du tabouret est hautement travaillée et repose sur une base caryatidique à cinq personnages.

Les tribus qui habitent dans les Grasslands, au Nord-Ouest du Cameroun, font partie des peuples Tikar, répartis en plusieurs royaumes indépendants dans le royaume Bafut. La structure du royaume est constituée d'une grande chefferie subdivisée en ...


Voir la fiche

3490,00

Statue Fétiche Zande
objet vendu
Art africain > Fétiches > Statue Fétiche Zande

Il s’agit d’un fétiche Zandé, population d'Afrique centrale vivant principalement en République démocratique du Congo, autour des rives de l'Uelé.
Le nom Niam-Niam (ou Nyam-Nyam), désormais considéré comme péjoratif, fut fréquemment utilisé pour désigner les Azande durant le XIXe et au début du XXe siècle. Ce nom, probablement d'origine dinka, signifie dans cette langue « grands mangeurs » (c’est peut-être une onomatopée), se rapportant censément à des penchants plus ou moins avérés pour le cannibalisme.
La signification de cette pièce est toujours sujette à débat mais pourrait se rapporter à la punition infligée par la « justice clanique » à deux personnes qui seraient encordées et jetées dans l’Uelé. Ce fétiche à l'allure très singulière est composé de deux personnages, ...


Voir la fiche

Vendu

Tête de reine Benin Iyoba
objet vendu
Art africain > Statues africaines > Reine Benin

Ex collection privée anglaise d'art africain.

Ce type de pièces est exceptionnellement rare car réalisée en bois, elle reprend l'ensemble des canons de l'art Benin Bini Edo des réalisations en Bronze.
On retrouve sur le visage les scarifications frontales. La coiffe conique est décorée d'un fin maillage et est subdivisée en deux parties séparées par une large fissure.
La tête repose sur une base circulaire que l'on peut associer à un collier qui était en réalité en perles de verres.
Les accessoires témoignent du statut de la reine représentée. Il s'agit du style XVIème siècle et de la reine Idia, mère de l'Oba Esigie.

L'art du Bénin est décrit comme un art de cour car il est étroitement associé au roi, connu sous le nom d'Oba. La tradition ...


Voir la fiche

Vendu

Masque Bambara du Kono
objet vendu
Art africain > Masque africain > Masque Bambara du Kono

Ex collection privée belge d'art africain Emile Robyn.
Cette pièce datant de la fin du XIXème ou début du XXème siècle a été acquise dans les années 1990 auprès de L'Impasse St-Jacques - Pierre Dartevelle (Bruxelles, Belgique).

Le masque du Kono se différencie des masques du Koré par son style très dépouillé. Une patine bois naturel, des surfaces lisses, les traits du visage poussés au minimalisme. Ici aussi c'est la hyène qui inspire le masque même si au contraire du Koré, il n'en est pas l'animal totémique.
Bien que cette société n'existe plus, on sait que sa fonction principale était sociale et visait à favoriser la fécondité, la fertilité des terres, et la résolution des conflits entre membres de la tribu.

C’est le grand-père d’Emile, Abel ...


Voir la fiche

Vendu

Grande statue de dignitaire Bambara
Art africain > Statues africaines > Grande statue de dignitaire Bambara

Ex collection privée française d'art africain.

Cette figure de dignitaire bambara se distingue par sa haute stature et par la solennité de son expression. Ses paupières sont baissées, ajoutant un caractère énigmatique, et la stylisation de ses traits rappelle celle de ses voisins Dogon.
Le personnage nu siège fièrement sur un tabouret, une arme dans chaque main. Il porte une coiffe ovoïde sur la tête. Deux nattes pendent à l'arrière de la tête.
La patine sombre présente de belles traces de dessication et un beau vieillissement.

On retrouve les Bambara au Mali central et méridional. Ce nom signifie "incroyant" et leur a été donné par les musulmans. Ils appartiennent au grand groupe Mande, comme les Soninke et les Malinke. Ils croient à l'existence ...


Voir la fiche

2750,00

Paire de masques ci wara Bambara
objet vendu
Art africain > Masque africain > Paire de masques ci wara Bambara

Ex collection privée belge d'art africain Jan Putteneers.

Les masques sont constitués d'une figure zoomorphe principale : une grande antilope stylisée (hippotrague) à la patine claire et brute dont l'appellation ci wara signifie "fauve de la terre". Ses caractéristiques en font une version intermédiaire entre le style de Bougouni et le style de Ségou. En effet, la pièce s'étend ici dans l'axe vertical mais est subdivisé en deux étages, les cornes reposant sur la base de l'étage supérieur. Au sommet des cornes sont attachées de petites mèches de poils.
La diversité et la richesse des éléments présents font de cette paire de ci wara des pièces exceptionnelles.
Portés au sommet du crâne et maintenus en place par une sorte de petit panier, ces cimiers ...

Masque Musangwe Tabwa
Art africain > Masque africain > Masque Musangwe Tabwa

Ex collection privée belge d'art africain Jan Putteneers.

Les Tabwa constituent une ethnie présente au Sud-Est de la RDC. Simples cultivateurs sans pouvoir centralisé, ils se fédérèrent autour de chefs tribaux après avoir subi l'influence des Luba. C'est princiapelement pendant cette période que leur courant artistique s'exprima principalement au travers de statues mais également de masques.
Les Tabwa pratiquaient le culte des ancêtres et y dédiaient certaines de leurs statues. Animistes, leurs croyances sont ancrées autour de ngulu, esprits de la nature présents dans les plantes et les rochers.

Le masque casque ici présent de forme sphérique légèrement aplatie est doté de scarifications géométriques partant du coin des yeux et des commissures de la ...


Voir la fiche

1200,00

Grande statue perlée Bamileke
Art africain > Statues africaines > Grande statue perlée Bamileke

Ex collection privée française d'art africain.

Les Bamiléké, sous-groupe d'une peuplade plus large constituée également des Bamoun et des Tikar, excellaient dans la réalisation de statues perlées multicolores, signe de prospérité et de richesse, conférant à l'objet royal la brillance qui le distingue des objets communs.

Une structure de base est sculptée dans le bois pour ensuite être recouverte d'un treillis de perles dont les couleurs correspondent aux différentes chefferies.

Chez les Bamilékés comme dans d'autres groupes ethniques, les objets d'art témoignaient de la position de leur propriétaire dans la hiérarchie de la société. Ainsi, les matériaux et les formes des objets variaient selon le statut social. Le roi Bamiléké, également ...


Voir la fiche

Faire offre

6750,00

Paire de cavaliers Yoruba Elesin Sango
objet vendu
Art africain > Cavalier > Paire de cavaliers Yoruba Elesin Sango

Ex collection privée anglaise d'art africain.

Les représentations de cavaliers sont très fréquentes dans l'art africain yoruba, et pour cause, il s'agit du thème central de l'histoire nommée "La mort et le cavalier du roi".
Cette fiction raconte les funérailles du défunt roi d'Oyo, ancien état africain fondé au XVème siècle, voisin du royaume de Dahomey, et la tradition selon laquelle son cavalier, Elesin, doit se suicider dans les trente jours suivant le décès du roi afin de suivre en bonne et due forme le dogme religieux yoruba. La mort du cavalier est en effet destinée à garantir au roi un sauf conduit vers sa nouvelle demeure.
Elesin, un homme simple profitant de la vie, se voit investi d'une mission dont il ne veut pas et finit par décevoir le peuple ...

Canne de dignitaire Senoufo
objet vendu
Art africain > Bâton de commandement > Canne de dignitaire Senoufo

Ex collection privée belge d'art africain Emile Robyn.

Cette canne est le symbole matériel du chef.
Elle est surmontée d’un personnage féminin Katielo qui est la déesse mère protectrice.
Sur le cou étroit repose, décalé vers l'avant, le crâne à la mâchoire prognathe. Les bras sont fléchis, les mains posées sur les genoux.
Du sommet du crâne se détache une crête sagittale ciselée. En son centre, la canne porte des traces de préhension.
Le bas de la canne est recouvert de fer ce qui permet de la planter dans le sol.

C’est le grand-père d’Emile, Abel Robyn, qui débuta la collection en 1850.
Celle-ci fut transmise sur trois générations. Au décès d’Abel en 1895, son fils, Jérôme Robyn hérita de cette collection qu’il étendit ...


Voir la fiche

Vendu

Fétiche Songye Nkisi
Art africain > Fétiches > Fétiche Songye Nkisi

Ex collection privée belge d'art africain J. Putteneers.

Pièce sur laquelle on retrouve les constantes graphiques de l'ethnie : bouche portée en avant, nez en triangle, mais surtout les stries sur le visage. La charge magique est symbolisée généralement par une corne placée sur le sommet de la tête. La corne sommitale laisse ici la place à un petit orifice via lequel la corne était attachée. Cette pièce est donc désacralisée.
La puissance magique des Nkisi est améliorée par l'adjonction d'accessoires comme le pagne présent ici et parfois par de petites sacoches en cuir et des plaques ou clous métalliques.

Ces fétiches de protection destinés aux habitations sont parmi les plus prisés d'Afrique. Le Nkisi joue le rôle de médiateur entre dieux et hommes. Au ...


Voir la fiche

585,00

Statuette équestre Yoruba en ivoire
objet vendu
Art africain > Cavalier > Statuette équestre Yoruba en ivoire

Ex collection privée belge d'art africain Jan Putteneers.

Les représentations de cavaliers sont très fréquentes dans l'art africain yoruba, et pour cause, il s'agit du thème central de l'histoire nommée "La mort et le cavalier du roi".
Cette fiction raconte les funérailles du défunt roi d'Oyo, ancien état africain fondé au XVème siècle, voisin du royaume de Dahomey, et la tradition selon laquelle son cavalier, Elesin, doit se suicider dans les trente jours suivant le décès du roi afin de suivre en bonne et due forme le dogme religieux yoruba. La mort du cavalier est en effet destinée à garantir au roi un sauf conduit vers sa nouvelle demeure.

Elesin, un homme simple profitant de la vie, se voit investi d'une mission dont il ne veut pas et finit par ...

Grande pipe en bronze Tikar
objet vendu
Art africain > Pipes > Grande pipe en bronze Tikar

Ex collection privée française d’art africain.

Le manche de la pipe est constitué de deux personnes qui incarnent la suite royale tandis que le foyer de forme anthropomorphe représente, lui, le couple royal.
Chaque élément est travaillé en détails. Les faciès sont typiques de l'art tikar, en effet, les personnages présentent des visages plutôt axés sur le réalisme que sur la stylisation. Ils disposent d'yeux globuleux, de nez imposants et de traits arrondis.
Les Tikar sont un peuple pygmée que l'on retrouve dans l'Ouest camerounais. Le peuple tikar est une population nouvelle, métissée car traditionnellement conquérante. Ils se soumettent au système de chefferies traditionnelles, insérées au sein de plus larges royaumes historiques. Leur implantation est ...


Voir la fiche

Vendu

Souhaitez-vous masquer les objets vendus ? si oui, cliquez ICI
Cavalier Yoruba Elesin Sango
objet vendu
Art africain > Cavalier > Cavalier Yoruba Elesin Sango

Les représentations de cavaliers sont très fréquentes dans l'art africain yoruba, et pour cause, il s'agit du thème central de l'histoire nommée "La mort et le cavalier du roi".
Cette fiction raconte les funérailles du défunt roi d'Oyo, ancien état africain fondé au XVème siècle, voisin du royaume de Dahomey, et la tradition selon laquelle son cavalier, Elesin, doit se suicider dans les trente jours suivant le décès du roi afin de suivre en bonne et due forme le dogme religieux yoruba. La mort du cavalier est en effet destinée à garantir au roi un sauf conduit vers sa nouvelle demeure.
Elesin, un homme simple profitant de la vie, se voit investi d'une mission dont il ne veut pas et finit par décevoir le peuple yoruba qui place en lui de hautes attentes.

Les ...


Voir la fiche

Vendu

Grande statue Bangwa Lefem
Art africain > Statues africaines > Grande statue Bangwa Lefem

La renommée de l'art bangwa dans l' art africain provient surtout de leur statuaire dont les oeuvres majeures sont les sculptures commémoratives des rois, des reines, des princesses et des serviteurs titrés, ainsi que des parents des jumeaux.

Les Bangwa sont réunis en un petit royaume au sein de l'importante peuplade bamileke à l'Ouest du Cameroun. On observe l'influence des Bamileke sur la statuaire bangwa dans laquelle on retrouve le même type de traits faciaux et de morphologie bien que les perles ne soient pas utilisées.
La position du corps est classique, avec les membres inférieurs et supérieurs fléchis.
Typiques du pays bamileke, les statues bangwa représentent souvent la fécondité mais aussi la puissance et la combativité. Elles sont souvent positionnées ...


Voir la fiche

Faire offre

1200,00

Fétiche Jukun
Art africain > Statues africaines > Fétiche Jukun

Ex collection privée belge d'art africain Emile Robyn.

Stylistiquement très proches des Wurkum et des Mumuyé, on retrouve un corps droit figé avec les bras en Z.
Une patine crouteuse rougeâtre recouvre cet objet qui se termine par une pointe en fer.
Il s’agit de statuettes de protection que l’on plantait devant les champs afin de s’assurer la bienveillance des anciens.

C’est le grand-père d’Emile, Abel Robyn, qui débuta la collection en 1850. Celle-ci fut transmise sur trois générations.
Au décès d’Abel en 1895, son fils, Jérôme Robyn hérita de cette collection qu’il continua à augmenter jusqu’à sa mort en 1968. Emile Robyn hérita de son père et continua à étendre cette magnifique collection au fil de ses achats qui ne se firent qu’auprès ...


Voir la fiche

950,00

Paire de cavaliers Sao
objet vendu
Art africain > Cavalier > Paire de cavaliers Sao

Ex collection privée française d'art africain.

Les œuvres d’inspiration sao kotoko sont majoritairement empreintes du monde équestre.
Au sein de l’ethnie, de petits exemplaires de cavaliers généralement en bronze sont fondus et portés comme des talismans. Ils sont considérés avant tout comme un remède pour lutter contre la possession par les mauvais esprits.
Le cheval représente l’esprit de la personne qui est possédée, tandis que le génie qui la possède est symbolisé par le cavalier.
La particularité de ces petites pièces est le manteau de cuir rembourré qui couvre la structure métallique. Seuls dépassent les pieds et la tête de la monture ainsi que la tête du cavalier. Cette version couverte de cuir est plus rare que les petits cavaliers en bronze ...


Voir la fiche

Vendu