La Porte Dogon, galerie d'art africain, le site de vente en ligne d'Essentiel Galerie: Art premier, art tribal, art primitif
...
Options de recherche




Voir nos objets d'exception

Art africain - Le fétiche, cet objet emblématique de l'art primitif :

Les fétiches sont des objets emblématiques dans l'art primitif africain. Utilisés par les féticheurs et les marabouts ils sont liés à nombre de pratiques occultes telles celles utilisées par le vaudou.


Buste fétiche Songye
Art africain > Le fétiche, cet objet emblématique de l'art primitif > Buste Songye

Ex-collection art africain belge.
Statuette-fétiche Nkisi , nkishi (pl. mankishi ) mettant en scène un personnage en buste, masqué. Patine noire lustrée. Légers manques, fissures de dessication.

Ces fétiches de protection destinés aux habitations sont parmi les plus prisés d'Afrique. Le Nkisi joue le rôle de médiateur entre dieux et hommes. Les exemplaires de grande taille sont la propriété collective de tout un village, alors que les figures plus petites appartiennent à un individu ou une famille. Au XVIème siècle, les Songyes migrèrent de la région du Shaba pour s'établir sur la rive gauche de la Lualaba. Leur société est organisée de façon patriarcale. Leur histoire est indissociable de celle des Luba auxquels ils sont apparentés par l'intermédiaire ...


Voir la fiche

125,00

Statue fétiche Teke
Art africain > Le fétiche, cet objet emblématique de l'art primitif > Fétiche Téké

Ex-collection art africain allemande.
Le buste de cette statuette est sphérique, rituellement chargé des ingrédients magiques nommée " Bonga " ou encore "bilongo", drapée de différents textiles sur lequel un épais enduit croûteux s'agglomère. Le visage est traditionnellement strié de scarifications. Patine brune nuancée.
Établis entre la République démocratique du Congo, la République du Congo et le Gabon, les Téké étaient organisés en chefferies dont le chef était souvent choisi parmi les forgerons. Le chef de famille, mfumu , avait droit de vie ou de mort sur sa famille dont l'importance déterminait son prestige. Le chef du clan, ngantsié , conservait quant à lui le grand fétiche protecteur tar mantsié qui supervisait toutes les cérémonies. C'est le puissant ...


Voir la fiche

95,00

Statue féticheTeke
objet vendu
Art africain > Statues africaines : fetiche tribal, maternité > Fétiche Teke

Figure à la morphologie singulière, bel objet de décoration dépourvu de bras et doté d'un buste en tonneau annelé. Elle est portée par d'épaisse jambes dont les pieds sont endommagés. Ces fétiches étaient en général toujours chargés rituellement d'éléments magiques, ce qui n'est pas le cas ici. Patine brun noir satinée.
Etablis entre la République du Congo, la République démocratique du Congo et le Gabon, les Téké étaient organisés en chefferies dont le chef était souvent choisi parmi les forgerons. Le chefs de famille, mfumu , avait droit de vie ou de mort sur sa famille dont l'importance déterminait son prestige. Le chef du clan, ngantsié ,conservait quant à lui le grand fétiche protecteur tar mantsié qui supervisait toutes les cérémonies. C'est le puissant sorcier guérisseur ...


Voir la fiche


Vendu à 95.00 Trouver un objet similaire

Statue de pouvoir Songye Nkishi
Art africain > Le fétiche, cet objet emblématique de l'art primitif > Fétiche Songye

Collection art tribal africain française.

Cette sculpture dotée de formes anguleuses est le fruit de la coopération entre le nganga, l'artisan et le client. Traitée d'après les indications du prêtre rituel, la figure destinée au client est ensuite chargée des éléments bishimba destinés à contrer toute force malfaisante. Dans le cas du fétiche ci-contre, l'abdomen évidé en est dépourvu. Le visage est constellé de clous tapissiers. Dans la culture africaine, le métal est doté de propriétés magiques, thérapeutiques et apotropaïques. La physionomie qui adopte les traits d'un homme d'âge mur rappelle à la fois le masque kifwebe. Patine brun noir satinée. Le fétiche Songye , sculpture magique Nkisi , nkishi (pl. mankishi ) , joue le rôle de médiateur entre dieux et ...


Voir la fiche

280,00

Buste Kusu
objet vendu
Art africain > Le fétiche, cet objet emblématique de l'art primitif > Fétiche Kusu

Les Kusu établis sur la rive gauche de la Lualaba ont emprunté les traditions artistiques des Luba et des Hemba et possèdent un système de caste similaire à celui des Luba .  Les Hemba quant à eux se sont établis dans le sud-est du Zaïre, sur la rive droite de la Lualaba. Autrefois sous la domination des Luba , ces agriculteurs et chasseurs pratiquent le culte des ancêtres au moyen d 'effigies longtemps attribuées aux Luba. Les statues singiti étaient conservées par le fumu mwalo et honorées au cours de cérémonies durant lesquelles des sacrifices leur étaient offerts. Parallèlement à l'autorité des chefs héréditaires, des sociétés secrètes, masculine telle la bukazanzi , et féminine, la bukibilo ,jouaient un grand rôle au sein du clan. Les figures de protection ...


Voir la fiche


Vendu à 290.00 Trouver un objet similaire

Statuette Yaka Yiteke
Art africain > Le fétiche, cet objet emblématique de l'art primitif > Fétiche Yaka

Ex-collection art africain belge.
Ces statues tribales, charmes rituels appartenant aux lignages et assurant une protection contre les ennemis, étaient réalisées suivant les instructions du Nganga ngoombu et du commanditaire de l'objet. Ces sculptures étaient ensuite activées à l'aide de rituels et de formules incantatoires, et d'ajouts sous la forme de talismans. L'objet est formé d'un couple placé dos à dos, partageant un même pagne et coiffé d'un cimier commun. La coiffe est celle des chefs de terre, le nez affecte une forme en pointe retroussée caractéristique. Ces sculptures étaient suspendues dans les cases. Patine chocolat enduite de résidus argileux. Fissures de dessication.
Hiérarchique et autoritaire, composée de redoutables guerriers, la société Yaka était ...


Voir la fiche

150,00

Poupée de fécondité Kwere Zaramo
objet vendu
Art africain > Poupées africaines > statue Zamaro

Ex-collection art africain britannique.
Taillée dans la pierre, cette poupée traditionnelle africaine adopte une large tête où se développe une double crête sommitale. Le buste cylindrique est dépourvu de bras. Les seins et l'ombilic sont indiqués par un léger relief et marqués d'une perle, dont l'usage est fréquent dans la statuaire Zaramo. Patine d'usage. Les Zaramo et les tribus qui les entourent ont conçu des poupées généralement associées à la fécondité, mais auxquelles d'autres vertus seraient attribuées. Son rôle premier se joue au cours de la période de réclusion de la jeune initiée zaramo. La novice se comportera à l'égard de l'objet comme avec un enfant, et dansera avec lui lors des cérémonies de clôture de l'initiation. Dans le cas où la jeune femme ne concevrait pas, ...

Fétiche protecteur Fali
objet vendu
Art africain > Le fétiche, cet objet emblématique de l'art primitif > Fétiche Fali

Parfois, on retrouve dans l' art africain des pièces totalement à usage personnel.
Il s'agit d'un petit fétiche protecteur liée à un individu ou à une maison.
Ils sont portés tels des amulettes.
Les Falis sont une ethnie africaine vivant principalement dans le nord du Cameroun, région de Garoua.


Voir la fiche


Vendu à 50.00 Trouver un objet similaire

Statuette Nkishi Songye/Luba
Art africain > Le fétiche, cet objet emblématique de l'art primitif > Fétiche Songye

Ex-collection art africain française.
Rare Statuette africaine Nkisi, nkishi (pl. mankishi ) campée jambes fléchies sur une base arrondie, la tête tournée de côté. Le regard incrusté de cauris figure avec réalisme des yeux mi-clos, accentuant une physionomie menaçante. Ce type de figure était produite à des fins rituelles dans la région frontalière songye-luba. Patine huilée, lustrée, nuancée de bruns noirs.
Ces fétiches de protection destinés aux habitations sont parmi les plus prisés d'Afrique. Le Nkisi joue le rôle de médiateur entre dieux et hommes. Les exemplaires de grande taille sont la propriété collective de tout un village, alors que les figures plus petites appartiennent à un individu ou une famille. Au XVIème siècle, les Songyes migrèrent de la région ...


Voir la fiche

380,00

Fétiche Songye/Hemba  janiforme
Art africain > Le fétiche, cet objet emblématique de l'art primitif > Statuette Songye

Ex-collection art africain française.
Le caractère insolite de cette sculpture provient de détails tels que l'ampleur des pieds et le double visage en rapport avec le masque kifwebe de la société Bwadi ka bifwebe.
Nul autre élément, métal, perles, ou graines, ne vient cependant accessoiriser le fétiche.
Patine satinée brun foncé.
Le fétiche Songye , sculpture magique Nkisi , nkishi (pl. mankishi ) , joue le rôle de médiateur entre dieux et hommes. Les exemplaires de grande taille sont la propriété collective de tout un village, alors que les figures plus petites appartiennent à un individu ou une famille. Au XVIème siècle, les Songyes migrèrent de la région du Shaba pour s'établir au Kasaï , au Katanga et dans le sud Kivu. Leur société est organisée de ...


Voir la fiche

250,00

Masque cimier fétiche Igbo
Art africain > Masque africain, art tribal, art premier primitif > Fétiche Igbo

Collection art africain française.
Cette sculpture forme une version miniature d'un masque africain cimier Igbo, qui était posé sur la tête. Elle comprend une tête à l'image du masque africain Igbo Agbogo Mmwo, coiffée d'une épaisse tresse recourbée vers l'arrière s'élevant d'une base cerclée de rotin. Le visage émacié est enduit d'une patine croûteuse blanche, des résidus grumeleux, noirâtres, recouvrent la base et la tête.
La couleur blanche du masque se rapporte aux esprits ancestraux, ces masques accompagnant fréquemment les défunts au cours des rites funéraires.  En effet, mmwo  signifie "esprit des morts".
Les Igbo vivent dans la forêt au sud-est du Nigeria. Ils ont réussi à associer un profond sens de l'individualité à un sentiment tout aussi fort ...


Voir la fiche

320,00

Fétiche Fon Vodun
objet vendu
Art africain > Le fétiche, cet objet emblématique de l'art primitif > Fétiche Fon Vodun

Ex collection art africain anglaise.

Comme les autres fétiches Fon, cette statue est une structure en bois couverte d'agrégats mélangés à des poils, probablement de phacochères et de primates. Les avant-bras fléchis font se rejoindre les mains. On peut encore vaguement distinguer les traits du visage sous les libations.

Au cours de son histoire, l'art fon a été imprégné par les créations yoruba et ewe selon les migrations et les échanges commerciaux. On ne peut cependant réduire cet art à ces deux influences. En effet, les Fon eux-mêmes ont apporté leur originalité à leur statuaire.
On retrouve en particulier chez eux le vaudou ou vodun, culte religieux dont le nom est issu d'une variante du mot yoruba signifiant "dieu".
Ces statues étaient donc ...


Voir la fiche


Vendu à 75.00 Trouver un objet similaire

Statuette fétiche Songye Nkisi
Art africain > Le fétiche, cet objet emblématique de l'art primitif > Fétiche Songye

Ex-collection art africain espagnole.
Statue-fétiche Nkisi, nkishi (pl. mankishi ) anthropomorphe désacralisé, l'ombilic évidé ne disposant pas de charge magique Au sommet de son crâne se dressait une corne, scellant l'orifice dans lequel des éléments rituels étaient également introduits. Patine brun clair satinée.

Ces fétiches de protection destinés aux habitations sont parmi les plus prisés d'Afrique. Le Nkisi joue le rôle de médiateur entre dieux et hommes. Les exemplaires de grande taille sont la propriété collective de tout un village, alors que les figures plus petites appartiennent à un individu ou une famille. Au XVIème siècle, les Songyes migrèrent de la région du Shaba pour s'établir sur la rive gauche de la Lualaba. Leur société est organisée de ...


Voir la fiche

150,00

Statuette fétiche Songye Kalebwe Nkishi
Art africain > Le fétiche, cet objet emblématique de l'art primitif > Fétiche Songye

Collection art africain belge.
Statuette africaine Nkisi, nkishi (pl. mankishi ) campée en hauteur sur une base arrondie. La puissance du fétiche, selon les croyances des Songye, serait renforcée par la présence de ses accessoires, tels la corne sommitale et les différents ajouts de matières et accessoires, fibres végétales, peaux animales, fruits séchés, etc... Patine brun gris semi-mate. Fissures.
Ces fétiches de protection destinés aux habitations sont parmi les plus prisés d'Afrique. Le Nkisi joue le rôle de médiateur entre dieux et hommes. Les exemplaires de grande taille sont la propriété collective de tout un village, alors que les figures plus petites appartiennent à un individu ou une famille. Au XVIème siècle, les Songyes migrèrent de la région du ...

Statuette fétiche Songye
Art africain > Statues africaines : fetiche tribal, maternité > Fétiche Songye

Ex-collection art tribal africain belge.
Une reproduction réduite du masque africain kifwebe lié à la société Bwadi ka bifwebe compose le visage du fétiche anthropomorphe çi-contre. Ce dernier a été taillé dans un bois dense en volumes géométriques. Les accessoires rituels symboliques et magiques se présentent ici sous la forme d'un collier de perles bleues. Patine brun clair.
Le fétiche Songye, sculpture magique Nkisi, nkishi (pl. mankishi ), joue le rôle de médiateur entre dieux et hommes. Les exemplaires de grande taille sont la propriété collective de tout un village, alors que les figures plus petites appartiennent à un individu ou une famille. Au XVIème siècle, les Songyes migrèrent de la région du Shaba pour s'établir au Kasaï, au Katanga et dans le sud ...


Voir la fiche

180,00

Statue Zande du culte Yanda
objet vendu
Art africain > Le fétiche, cet objet emblématique de l'art primitif > Statuette Zande

Collection art africain belge.
Figure stylisée Yanda, au buste dépourvu de bras emprisonné dans du fil métallique, portée par de larges jambes écartées, semi-fléchies. L'arête nasale est hachurée de scarifications, les boucles d'oreilles sont manquantes. Patine satinée granuleuse.
L'art africain dénombre deux types de statues Azande : Les statues Kudu , d'un hauteur comprise entre 30 et 50 cm représentent des ancêtres, et les statues Yanda de 10 à 20 cm, de forme animale ou humaine, ayant un rôle apotropaïque, exposées durant les rites divinatoires au cours des rituels de la société Mani . br> Autrefois désignés sous l'appellation " Niam-Niam " car considérées comme anthropophages, les tribus regroupées sous le nom de Zande , Azandé , se sont installées, en ...

Statue fétiche Kongo Nkishi
objet vendu
Art africain > Le fétiche, cet objet emblématique de l'art primitif > Fétiche Kongo

Ex-collection art africain belge.
Chez les Kongo, le nganga se chargeait des rituels en activant une force spirituelle avec un nkondi (pl. nkissi). Le terme de nkisi fut ensuite employé pour désigner les notions de "sacré" ou "divin". La catégorie la plus influente des "minkisi kongo" se composait d'instruments destinés à aider les chefs régionaux à faire respecter la loi. On clouait un objet en métal sur une figure en bois dès qu'une décision était prise, chaque clou évoquant un cas particulier : parties en litige, divorce, conflits entre communautés...Le nkondi voulait ainsi s'assurer que l'accord devant règler le conflit était bien appliqué, et que les individus redoutent les conséquences de leur comportement. Son apparence personnifiait donc la force y résidant. A partir de ...

Statue fétiche Kongo Vili
Art africain > Le fétiche, cet objet emblématique de l'art primitif > Fétiche Vili

Ex-collection art africain espagnole .
Ce fétiche disposant de plusieurs têtes symbolisant l'omnivoyance est doté d'un amas résineux dans lequel une charge magique est emprisonnée. L'objet a pu être conçu à des fins thérapeutiques ou encore constituer une figure de protection contre la sorcellerie.
Les Vili, les Lâri, les Sûndi, les Woyo, les Bembé, les Bwende, les Yombé et Les Kôngo formaient le groupe Kôngo, dirigé par le roi ntotela. Leur royaume connut son apogée au XVIe siècle avec le commerce de l'ivoire, du cuivre et la traite des esclaves. De même croyances et traditions, ils produisirent une statuaire dotée d'une gestuelle codifiée en rapport avec leur vision du monde. Présents le long de la côte gabonaise, les Vili se sont détachés du royaume Kongo au XVIe ...


Voir la fiche

180,00

Figure Zande Mani-Yanda
objet vendu
Art africain > Statues africaines : fetiche tribal, maternité > Statuette Zande

Ex-collection art africain belge.
Cette sculpture Yanda est formée d'un buste tubulaire sur lequel les bras forment un relief angulaire. Les jambes largement écartées s'appuient sur des pieds cylindriques. La tête, extravagante, où les traits percent au centre d'une coiffure tressée, donne tout son caractère à ce type de statuette. Patine mate, fissures de dessication. Résidus de kaolin.
L'art africain dénombre deux types de statues Azande : Les statues Kudu , d'un hauteur comprise entre 30 et 50 cm représentent des ancêtres, et les statues Yanda de 10 à 20 cm, de forme animale ou humaine, ayant un rôle apotropaïque, exposées durant les rites divinatoires au cours des rituels de la société Mani . Autrefois désignés sous l'appellation " Niam-Niam " car considérées ...


Voir la fiche

Vendu

Fétiche Songye Nkishi Kalebwe
objet vendu
Art africain > Le fétiche, cet objet emblématique de l'art primitif > Fétiche Songye

Bardée d'un attirail hétéroclite composé de miniatures sculptées, gros coquillages, grelots et chaînes métalliques, cordelettes et textile de raphia, ce fétiche songye était déplacé grâce à des tiges placées sous les bras. La tête, portée par un haut cou annelé, est taillée à l'image du masque Songye Kifwebe.
Patine satinée.
Les Songye sont venus de la région du Shaba en RDC et se sont installés le long de la rivière Lualaba au milieu de la savane et des forêts. Leur société est organisée de façon patriarcale. Leur histoire est indissociable de celle des Luba auxquels ils sont apparentés par l'intermédiaire d'ancêtres communs. Très présente dans leur société, la divination permettait de découvrir les sorciers et d'apporter des éclaircissements sur les causes des ...

Calebasse à motif féminin Hemba / Luba
Art africain > Statues africaines : fetiche tribal, maternité > Fétiche Hemba

Ex-collection art tribal africain belge.
Ces sculptures bankishi (sing. nkishi ) étaient utilisées dans le cadre du bugabo , société vouée à la chasse, la guérison et la guerre. Une figure féminine, symbolisant les rapports sacrés de la femme et de la royauté, surmonte une calebasse ornée de plumes. Patine sombre huilée.
Les Hemba ont longtemps été soumis à l'empire luba voisin qui a eu sur leur culture, leur religion et leur art une influence certaine. Le culte des ancêtres est central dans la société hemba. La généalogie est en effet garante des privilèges et de la répartition des terres. Tous les aspects de la communauté sont imprégnés par l'autorité des ancêtres. Ainsi, ceux-ci sont considérés comme ayant une influence sur la justice, la médecine, le droit et ...