La Porte Dogon, galerie d'art africain, le site de vente en ligne d'Essentiel Galerie: Art premier, art tribal, art primitif
...
Options de recherche




Voir nos objets d'exception

Art africain - Le fétiche, cet objet emblématique de l'art primitif :

Les fétiches sont des objets emblématiques dans l'art primitif africain. Utilisés par les féticheurs et les marabouts ils sont liés à nombre de pratiques occultes telles celles utilisées par le vaudou.


Statuette fétiche Songye
Art africain > Le fétiche, cet objet emblématique de l'art primitif > Fétiche Songye

Ex-collection art africain belge
Dépourvu d'accessoires, ce fétiche Nkisi, nkishi (pl. mankishi )est vigoureusement taillé, laissant apparaître les coups d'herminette. Les fétiches individuels étaient parfois sculptés par des non-professionnels, les propriétaires eux-même. Patine brune satinée. Abrasions.
Ces fétiches de protection destinés aux habitations sont parmi les plus prisés d'Afrique. Le Nkisi joue le rôle de médiateur entre dieux et hommes. Les exemplaires de grande taille sont la propriété collective de tout un village, alors que les figures plus petites appartiennent à un individu ou une famille. Au XVIème siècle, les Songyes migrèrent de la région du Shaba pour s'établir sur la rive gauche de la Lualaba. Leur société est organisée de façon ...


Voir la fiche

280,00

Fétiche Kabeja Hemba
objet vendu
Art africain > Statues africaines : fetiche tribal, maternité > Statuette Hemba

Ex-collection art africain belge
Cette sculpture formée de quatre visages se prolongeant d'un manche relève des puissants fétiches kabeja, également utilisés chez les Luba, et, chez les Kasongo vivant aux contact des populations Luba, Hemba et Songye, qui les nomment kakuji. Le sommet de la pièce est percé d'une cavité dans lesquelles un bijimba , charge composée d'éléments magiques issus de l'environnement naturel, humain et végétal, étaient implantés. Chacun des clan possédait une sculpture kabeji destinée à la protection et la guérison. Mais ce type de fétiche pouvait également être reservé à un usage individuel.
Patine brun orangé lustrée.
Les Hemba forment un sous-groupe de l'ethnie Luba vivant dans le sud-est de la R. D. Congo, à l'est de la rivière ...


Voir la fiche

Vendu

Statuette Yaka Yiteke
Art africain > Le fétiche, cet objet emblématique de l'art primitif > Fétiche Yaka

Art africain Yaka
Ces statuettes africaines, charmes rituels appartenant aux lignages et assurant une protection contre les ennemis, étaient réalisées suivant les instructions du Nganga ngoombu et du commanditaire de l'objet. Les sculptures traditionnelles étaient ensuite activées à l'aide de rituels et de formules incantatoires, et d'ajouts sous la forme de talismans ou de substances médicinales. La coiffe caractéristique est celle des chefs de terre. Ces sculptures étaient souvent suspendues dans les cases. Patine satinée, abrasions.
Hiérarchique et autoritaire, composée de redoutables guerriers, la société Yaka était gouvernée par des chefs de lignage disposant du droit de vie et de mort sur leurs sujets. La chasse et le prestige qui en découle sont ...


Voir la fiche

180,00

Statuette Kwese/Mbala Giteke
Art africain > Statues africaines : fetiche tribal, maternité > Statuette Mbala

Ex. collection art tribal africain belge.
Parmi les nombreuses statues des Mbalas, ce type de statuette faisait partie des "pindi", sculptures intégrant le trésor du chef. Petit personnage trapu, les mains réunies sous le menton, il possède des caractéristiques également kwésé, dont les traits scarifiés du visage. Patine granuleuse, fissures de dessication.
Venus d'Angola au XVIIe siècle, les Mbala se sont établis dans le nord-ouest du Zaïre et à l'est parmi les Pende, les Suku, les Pende, et les Yaka. Autrefois matrilinéaires, ils sont formés de clans dirigés par l'oncle maternel. Le chef était en charge du culte des ancêtres, toutefois assez restreint. Suite à une retraite de quelques jours, les insignes royaux et des charmes lui étaient attribués, destinés à ...


Voir la fiche

350,00

Fétiche Kongo Solongo Nkisi
Art africain > Le fétiche, cet objet emblématique de l'art primitif > Fétiche Kongo

Fétiches de pouvoir dans l'art africain.
Figure humaine naturaliste dont la tête est caractéristique des Solongo d'Angola, ces derniers fournissant les clans Kongo. Les yeux écarquillés constituent "la prérogative d'un aîné. En effet, seules les personnes d'âge mûr peuvent nous dévisager avec une telle insistance afin de nous alerter sur des problèmes ou des impairs." ("le Geste Kongo")
Placés sur l'abdomen, dans une cavités vitrée qu'un amas résineux obture, des ingrédients constituent la charge magique. Chez les Kongos, les accessoires en métal seraient censés en renforcer le pouvoir.
Fissures de dessication.

Dans le royaume Kongo, le nganga se chargeait des rituels en activant une force spirituelle avec un nkondi (pl. nkissi). Le terme de nkisi fut ...


Voir la fiche

280,00

Grande statue Songye Nkishi
Art africain > Le fétiche, cet objet emblématique de l'art primitif > Fétiche Songye

Collection art africain monégasque.
Des pieds extravagants dépassent du promontoire circulaire sur lequel ce fétiche Nkisi , nkishi (pl. mankishi ), sculpté en volumes anguleux, est établi. Les mains mettent en évidence un abdomen saillant, témoin du lignage. Une charge magique rituelle "bishimba", composée d'ingrédients d'origine organique ou végétale, était généralement introduite dans la corne au sommet. Les scarifications en damiers témoignent de l'influence des luba voisins. Patine brun nuancée de gris. Résidus de kaolin. Ces fétiches de protection destinés aux habitations sont parmi les plus prisés d'Afrique. Le Nkisi joue le rôle de médiateur entre dieux et hommes. Les exemplaires de grande taille sont la propriété collective de tout un village, alors que les figures ...


Voir la fiche

350,00

Grande statue Songye Nkishi
objet vendu
Art africain > Le fétiche, cet objet emblématique de l'art primitif > Fétiche Songye

Collection art africain luxembourgeoise.

La sculpture dotée d'un visage évoquant les masques kifwebe liés à la société Bwadi ka bifwebe est pourvue d'accessoires rituels sous la forme d'éléments métalliques, d'une corne et d'un bourrelet de peau contenant généralement une charge magique. Un pagne en fourrure marque la taille. Bois érodé, manques. Le fétiche Songye, sculpture magique Nkisi, nkishi (pl. mankishi ), joue le rôle de médiateur entre dieux et hommes. Les exemplaires de grande taille sont la propriété collective de tout un village, alors que les figures plus petites appartiennent à un individu ou une famille. Au XVIème siècle, les Songyes migrèrent de la région du Shaba pour s'établir au Kasaï, au Katanga et dans le sud Kivu. Leur société est organisée de ...

Fétiche Paré
objet vendu
Art africain > Le fétiche, cet objet emblématique de l'art primitif > Fétiche Paré

Ex-colection art africain française.
Cette corne qu'obture un bouchon céphalomorphe en bois devait contenir des ingrédients à visée magique. L'extrémité de la corne est enveloppée d'une résille en fibres naturelles dotée d'une ouverture pour y glisser le bouchon.
Cet objet rituel provient de la région nord-est de la Tanzanie, limitrophe du Kenya, face à l'Océan Indien, où vivent les tribus Paré , Shamba, Zigua, et Mbugu. Une relative homogénéité caractérise les productions de ces groupes, en rappelant certaines des Malgaches et des Bataks avec lesquels, via le commerce maritime, le contact aurait jadis pu être établi.


Voir la fiche

Vendu

Statuette "pilon" Ambete
objet vendu
Art africain > Statues africaines : fetiche tribal, maternité > Fétiche Ambete

Art africain et figures sculptées du Gabon
Cette statuette, relevant probablement du culte des ancêtres Mbete, est constituée de figures stylisées, géométriques, adossées à un tronc central, et dont le sommet forme un petit dôme. Leur visage plane présente une physionomie caractéristique.
Les bras sont repliés en angle droit. Patine bicolore.
C'est à la frontière du Moyen-congo et du Gabon que se sont installés les Mbété , Ambété , qui revendiquent une origine Kota. Voisine des Obamba, leur histoire a été marquée par un conflit de longue haleine contre les Teke. Brazza les découvrit en 1877. Pratiquant le culte des ancêtres , le Ngoye , comme leurs proches voisins, leurs statues contenaient les reliques des défunts, généralement grâce à une cavité dorsale. Ils ne ...


Voir la fiche

Vendu

Fétiche Fon Vaudou
objet vendu
Art africain > Le fétiche, cet objet emblématique de l'art primitif > Fétiche Fon

Collection art africain britannique.
Ce couple de fétiches en bois entrelacés à l'aide de cordelettes et lanières de cuir, dont les traits du visage semblent avoir été érodés par le temps est typique du culte Vaudou. Les nombreuses libations rituelles sont à l'origine de cette patine croûteuse caractéristique de l'ethnie Fon.
La multitude des dieux fon (les vodun), similaires à ceux des Yoruba sous des noms différents, est représentée par des fétiches de toutes formes et de toute nature. On retrouve leurs sanctuaires au Togo, au Dahomey, et dans l'Ouest du Nigéria. Des statuettes incarnant les legba , protecteurs du foyer, leur sont souvent adjointes. Les fidèles leur administrent des offrandes et libations quotidiennes, censées activer leur puissance. Les Fon se trouvent ...


Voir la fiche


Vendu à 110.00 Trouver un objet similaire

Souhaitez-vous masquer les objets vendus ? si oui, cliquez ICI
Fétiche Fon Vodun
objet vendu
Art africain > Le fétiche, cet objet emblématique de l'art primitif > Fétiche Fon Vodun

Ex collection art africain anglaise.

Comme les autres fétiches Fon, cette statue est une structure en bois couverte d'agrégats mélangés à des poils, probablement de phacochères et de primates. Les avant-bras fléchis font se rejoindre les mains. On peut encore vaguement distinguer les traits du visage sous les libations.

Au cours de son histoire, l'art fon a été imprégné par les créations yoruba et ewe selon les migrations et les échanges commerciaux. On ne peut cependant réduire cet art à ces deux influences. En effet, les Fon eux-mêmes ont apporté leur originalité à leur statuaire.
On retrouve en particulier chez eux le vaudou ou vodun, culte religieux dont le nom est issu d'une variante du mot yoruba signifiant "dieu".
Ces statues étaient donc ...


Voir la fiche


Vendu à 75.00 Trouver un objet similaire

Fétiche Yaka Yiteke
Art africain > Le fétiche, cet objet emblématique de l'art primitif > Statuette Yaka

Collection art tribal africain allemande.
Ces statues tribales , charmes rituels appartenant aux lignages et assurant une protection contre les ennemis, étaient réalisées suivant les instructions du Nganga ngoombu et du commanditaire de l'objet. Ces sculptures africaines étaient ensuite activées à l'aide de rituels et de formules incantatoires, et d'ajouts sous la forme de talismans ou de substances médicinales. La coiffe est celle des chefs de terre, le nez affecte une forme en pointe retroussée caractéristique. Ces sculptures étaient souvent suspendues dans les cases. Patine mate, rehauts ocre rosé.
Hiérarchique et autoritaire, composée de redoutables guerriers, la société Yaka était gouvernée par des chefs de lignage disposant du droit de vie et de mort sur ...


Voir la fiche

110,00

Fétiche Yaka Yiteke
Art africain > Le fétiche, cet objet emblématique de l'art primitif > Statuette Yaka

Art africain , charmes de lignages
collection art tribal française.
Cette figure anthropomorphe devait contenir une charge magique rituelle, du textile désormais manquant maintenait le tout autour du buste du personnage. Ces statues tribales assurant une protection contre les ennemis étaient réalisées suivant les instructions du Nganga ngoombu et du commanditaire de l'objet. Ce puissant objet d'art tribal était ensuite activé à l'aide de rituels et de formules incantatoires. Un des pieds est endommagé. Patine satinée.
Hiérarchique et autoritaire, composée de redoutables guerriers, la société Yaka était gouvernée par des chefs de lignage disposant du droit de vie et de mort sur leurs sujets. La chasse et le prestige qui en découle sont l'occasion de nos jours, pour ...


Voir la fiche

110,00

Statue de pouvoir Songye Nkishi
Art africain > Le fétiche, cet objet emblématique de l'art primitif > Fétiche Songye

Collection art africain belge.
Statuette africaine Nkisi, nkishi (pl. mankishi ) campée en hauteur sur une base arrondie. La puissance du fétiche, selon les croyances des Songye, serait renforcée par la présence de ses accessoires, tels la corne sommitale et les différents ajouts de matières et accessoires, fibres végétales, peaux animales, fruits séchés, etc... Patine brun gris semi-mate. Fissures.
Ces fétiches de protection destinés aux habitations sont parmi les plus prisés d'Afrique. Le Nkisi joue le rôle de médiateur entre dieux et hommes. Les exemplaires de grande taille sont la propriété collective de tout un village, alors que les figures plus petites appartiennent à un individu ou une famille. Au XVIème siècle, les Songyes migrèrent de la région du ...


Voir la fiche

170,00

Statue Ngbaka Zande
Art africain > Statues africaines : fetiche tribal, maternité > Fétiche Ngbaka

Collection art africain traditionnel espagnole.
Le creuset ubangien a produit de nombreuses statuettes qui partagent certaines similarités, tel un visage en forme de coeur, comme dans la région du fleuve Ogooué au Gabon. Certains auteurs (Celenko 1983) ont attribué ce type d'oeuvre aux Zande vivant au nord des Ngbaka. Les Ngbaka forment un peuple homogène du nord ouest de la R.D.C, au sud de l'Ubangui. Les Ngandi vivent à l'est et les Ngombe au sud. Une arête nasale courant jusqu'à la bouche divise ici les larges orbites concaves caractérisant le visage ovoïde de ce personnage hermaphrodite. Les volumes arrondis du corps se succèdent avec rythme à partir de la tête, avec un dos arrondi portant vers l'avant deux petits bras courts ramassés autour de la poitrine, un buste étroit ...


Voir la fiche

140,00

Statuette poupée Kwéré Zaramo Mwana Hiti
Art africain > Poupées africaines > Fétiche Kwéré

Ex-collection art africain traditionnel belge.
Les Zaramo et les tribus qui les entourent, telles les Kwéré et les Doé, ont conçu des poupées généralement associées à la fécondité, mais auxquelles d'autres vertus seraient attribuées. Son rôle premier se joue au cours de la période de réclusion de la jeune initiée zaramo. La novice se comportera à l'égard de l'objet comme avec un enfant, et dansera avec lui lors des cérémonies de clôture de l'initiation. Dans le cas où la jeune femme ne concevrait pas, elle adoptera l'"enfant". Chez les Zaramo, ce motif sculpté est repris au sommet des cannes, décore des objets rituels et apparaît même sur des poteaux de sépulture. La forme est récurrente, une tête stylisée, coiffée d'une double ou unique crête surmontant un buste tubulaire ...

Effigie de fertilité Nyamwezi
objet vendu
Art africain > Statues africaines : fetiche tribal, maternité > Statue Sukuma

Collection art africain française.
Une calebasse drapée de peau et de fourrure animale, garnie de cordelettes, fait office d'abdomen pour la statuette çi-contre, provenant de la région intérieure de la Tanzanie. Le volume bombé de cette rare sculpture-fétiche incarnant une ancêtre et la disposition de ses mains autour de l'ombilic exhaltent la fécondité. Patine brun rouge huilée. Dans la région méridionale du littoral de la Tanzanie, autour de Dar-es-Salam, un groupe relativement homogène a produit la majeure partie des productions artistiques. Il comprend les Swahili, Kaguru, Doé, Kwéré, Luguru, Zaramo, Kami. La seconde région est formée d'un territoire couvrant le sud de la Tanzanie jusqu'au Mozambique, où vivent certains Makonde et les Yao, les Ngindo, Mwéra, et Makua. Au ...

Poupée fétiche Tabwa Mpundu
Art africain > Poupées africaines > Poupée Tabwa

Ex-collection art africain belge.
L' art tribal africain des Tabwa, objets de prestige.

Utilisée par la société d'initiation féminine, cette figure humaine dépourvue de membres est dotée d'attributs féminins et d'un nombril saillant, de scarifications comparables à celles, traditionnelles, des membres de la tribu. Patine brun doré.
Les Tabwa ( "scarifier" et "écrire") constituent une ethnie présente au Sud-Est de la RDC. Simples cultivateurs sans pouvoir centralisé, ils se fédérèrent autour de chefs tribaux après avoir subi l'influence des Luba. C'est principalement pendant cette période que leur courant artistique s'exprima principalement au travers de statues mais également de masques. Les Tabwa pratiquaient le culte des ancêtres et leur dédiaient certaines de ...


Voir la fiche

240,00

Fétiche Nkisi Kongo
Art africain > Le fétiche, cet objet emblématique de l'art primitif > Fétiche Kongo

Ex-collection art africain belge.
Statuette tribale Nkisi, nkishi (pl. mankishi )dont la charge magique bishimba a vraisemblablement été introduite au sommet de la tête. Un toupet de plumes a également été inséré. Les sculptures des groupes kongos symbolisaient fréquemment des proverbes. Patine lisse nuancée acajou doré. Fissures de dessication.
Ces fétiches de protection destinés aux habitations sont parmi les plus prisés d'Afrique. Le Nkisi joue le rôle de médiateur entre dieu et les hommes, chargé de protéger contre différents maux. Les exemplaires de grande taille sont la propriété collective de tout un village, et les figures plus réduites appartiennent à un individu ou une famille.
Au XVIème siècle, les Songyes migrèrent de la région du Shaba pour ...


Voir la fiche

240,00

Fétiche Kasongo / Kusu Kakudji
Art africain > Statues africaines : fetiche tribal, maternité > Fétiche Kasongo

Les figures de protection individuelle kakudjis , utilisées par les Hemba, les Kusu et les Kasongos, ont été inspirés des fétiches songye. La charge magique, composée d'ingrédients d'origines diverses, était insérée dans la cavité de la tête. Cet exemplaire conserve des résidus argileux dans cet orifice. La pièce est massive, sculptée dans un bois très dense, les bras du personnage se prolongent d'un anneau venant draper son abdomen, surmontant une base cylindrique.
Patine satinée. Les Kusu établis sur la rive gauche de la Lualaba ont emprunté les traditions artistiques des Luba et des Hemba et possèdent un système de caste similaire à celui des Luba . Les Kasongos forment un sous-groupe Kusu, à présent dispersés parmi les Luba, Songye et Hemba. Les statues singiti ...


Voir la fiche

390,00

Statuette talisman Lobi Buthib
Art africain > Le fétiche, cet objet emblématique de l'art primitif > Fétiche Lobi

Ex-collection art africain française.
Figurine africaine, sculptée à usage individuel, pour, selon les croyances lobi, une action protectrice ou thérapeutique. Ces statuettes étaient placées sur l'autel après un rituel pour être le réceptacle d'un esprit de la brousse, le Thil, et devenir ainsi un être actif, intermédiaire luttant contre les sorciers et toutes autres forces néfastes. Lorsqu’ils sont honorés, ces esprits manifesteraient leur bienveillance sous la forme de pluies abondantes, de bonne santé, de naissances nombreuses ; ignorés, ils la retireraient et entraîneraient des épidémies dévastatrices, la sécheresse et la souffrance.
Ils sont censés transmettre aux devins les lois que les adeptes doivent suivre afin de bénéficier de leur protection.
Ils sont ...


Voir la fiche

180,00