La Porte Dogon, galerie d'art africain, le site de vente en ligne d'Essentiel Galerie: Art premier, art tribal, art primitif
...
Options de recherche




Voir nos objets d'exception

Art africain - Le fétiche, cet objet emblématique de l'art primitif :

Les fétiches sont des objets emblématiques dans l'art primitif africain. Utilisés par les féticheurs et les marabouts ils sont liés à nombre de pratiques occultes telles celles utilisées par le vaudou.


Tête d autel Baga Elek
objet vendu
Art africain > Statues africaines : fetiche tribal, maternité > Cimier Baga

Ex-collection art africain française.
L'a-tshol aussi appelé elek consiste en une figure mi-humaine mi-zoomorphe. Une tête d'oiseau très stylisée , dotée d'un crâne allongé, parfois accompagnée d'une mâchoire de crocodile surmonte un long cou très fin lui-même porté par un socle circulaire ajouré. La tête est amovible.
Patine mate granuleuse, fissures.
Il s'agit d'un objet utilisé par les guérisseurs et dont la vocation est de protéger le lignage de la famille qui le possède.
Afin d'en réactiver la charge magique, le guérisseur procédait à des sacrifices sur l'autel même où l'a-tshol trônait. Ce type de pièce n'était présenté qu'aux grandes occasions telles que les rites initiatiques, les funérailles et autres festivités importantes. Il était conservé dans un coin ...


Voir la fiche

Vendu

Fétiche Vodou Fon Boccio, Botchio
objet vendu
Art africain > Statues africaines : fetiche tribal, maternité > Statue Vaudou

Ex-collection art africain française.
Le buste et les bras emprisonnés dans un réseau de cordes, cordelettes, auxquelles viennent s'ajouter deux cadenas, cette figure féminine arbore une excroissance métallique fichée au centre de sa coiffure. La base de l'objet s'achève en un épais cylindre largement érodé. Patine granuleuse, résidus d'écorce végétale ocre rouge. Ce botchio (de bo : "maléfice" en fon, et tchio , "cadavre") dressé au sommet d'un poteau était érigé à l'entrée du village ou d'une maison afin d'en éloigner toute menace, physique ou spirituelle. Certains d'entre eux revêtaient des formes minimalistes, à peine ébauchées autour d'un tronc central. La multitude des dieux fon (les vodun), similaires à ceux des Yoruba sous des noms différents, est représentée par ...

Fétiche Ewe
objet vendu
Art africain > Le fétiche, cet objet emblématique de l'art primitif > Fétiche Ewe

Au Togo, les fétiches s'inscrivent dans le cadre de rituels bénéfiques ou maléfiques selon les intentions de leur propriétaire. Les féticheurs les réalisent sur commande pour offrir des vertus protectrices et médicinales mais en proposent également des versions prêtes à utiliser plus classiques.
Ces pratiques encore d'usage à l'heure actuelle sont parfois décriées et considérées comme animistes et révolues à l'heure de la christianisation et de l'islamisation. Les populations ont néanmoins tendance à conserver des pratiques animistes malgré leur conversion aux grandes religions monothéistes, les deux croyances s'influençant mutuellement.

Les Ewe, souvent confondus avec les Minas, sont le groupe ethnique le plus important du Togo. On les retrouve également comme ...


Voir la fiche

Vendu

Fétiche Songye Nkisi
Art africain > Le fétiche, cet objet emblématique de l'art primitif > Fétiche Songye Nkisi

Ex collection privée belge d'art africain Jan Putteneers.
Pièce sur laquelle on retrouve les constantes graphiques de l'art tribal africain des Songye : bouche portée en avant, nez en triangle.
La charge magique est symbolisée par une corne placée sur le sommet de la tête.
Pièce désacralisée, la corne a été cassée. Des plumes sont encore visibles autour la corne, vestiges des libations pratiquées sur ce fétiche.
Deux colliers encerclent le corps ainsi qu'un morceau de cuir.
Originaires du Shaba en République démocratique du Congo, les Songye sont apparentés aux Luba avec lesquels ils partagent des ancêtres communs.


Voir la fiche

Faire offre

780,00

Fétiche Kongo Nkisi
objet vendu
Art africain > Statues africaines : fetiche tribal, maternité > Fétiche Kongo

Ex-collection art africain belge.
Les éléments bilongo conférant des pouvoirs supplémentaires à cette statue africaine du type nkisi sont dissimulés dans un reliquaire obturé par un miroir placé sur l'abdomen et dans les multiples éléments placés autour de l'effigie. Des ajouts de métal, fibres végétales, fruits et graines séchés, bandelettes de tissu, sachets bourrés d'ingrédients magiques,le tout lié par des cordelettes, participent à cette action défensive ou offensive. Le regard vitré symbolise également l'accès au monde surnaturel et la compréhension des choses cachées. Patine poudreuse brun foncé, résidus de kaolin. Les ingrédients magiques "bilongo" étaient fréquemment dissimulés dans le réceptacle situé sur l'abdomen de la figure qui était par ailleurs scellé par un ...


Voir la fiche

Vendu

Fétiche rituel Béembé, Babembé
objet vendu
Art africain > Statues africaines : fetiche tribal, maternité > Fétiche Babembé

Ex-collection art africain belge.
Les clous insérés sur l'abdomen de cette statue africaine, parmi un amas d'osselets, cordelettes, fibres végétales, poils d'animaux, agglomérés entre eux par des enduits argileux croûteux, étaient censés susciter, selon les croyances animistes Babembé, la faveur et la protection des esprits. Les yeux de ce personnage sont incrustés de corne, caractéristique de la statuaire des Babembé. Patine brun foncé satinée. Installés dans l'actuelle République du Congo, les Béembé, Babembé, formaient à l'origine le royaume Kongo, avec les Vili, Yombé, Bwendé et Woyo. Ils étaient sous la tutelle du roi ntotela élu par les gouverneurs. Le commerce de l'ivoire, le cuivre et les esclaves constituaient leurs principales ressources.Le responsable du village, ...

Poupée de fertilité Namji, Dowayo
objet vendu
Art africain > Poupées africaines > Poupée de fertilité

Collection art africain belge.
Cette effigie ancienne aux membres en arceau entourés de fil de coton est gainée de cuir . La tête, à l'instar des pieds et des mains, se forme en simple volute métallique. Sur son abdomen, les vertus magiques d'un talisman sous forme d'un cabochon de métal agrémentent une ceinture. Des éléments décoratifs ,s'agençant en petites boules métalliques successives, composent un habillage du plus bel effet. Ethnie du nord Cameroun composée de montagnards animistes, les Dowayo , " Namji ", " Namchi ", utilisent des figures anthropomorphes , des poupées, dans le cadre de rituels de fécondité. Les femmes portaient sur elles ces poupées offertes par leurs maris dans l'espoir de devenir mères.L'utilisation de poupées, par les jeunes femmes africaines, ne se ...

Fétiche Téké,
objet vendu
Art africain > Statues africaines : fetiche tribal, maternité > Statue Téké

Ex-collection art africain belge.
Etablis entre la République du Congo, la République démocratique du Congo et le Gabon, les Téké étaient organisés en chefferies dont le chef était souvent choisi parmi les forgerons. Le chef de famille, mfumu , avait droit de vie ou de mort sur sa famille dont l'importance déterminait son prestige. Le chef du clan, ngantsié ,conservait quant à lui le grand fétiche protecteur tar mantsié qui supervisait toutes les cérémonies. C'est le puissant sorcier guérisseur et devin qui "chargeait" d'éléments magiques, contre rétribution, les statuettes individuelles, "mussassi". C'est aussi d'après ses directives que le culte était rendu aux ancêtres et aux génies de la nature. Leur société secrète, kidumu , utilisait des masques plats circulaires ornés de ...


Voir la fiche

Vendu

Souhaitez-vous masquer les objets vendus ? si oui, cliquez ICI
Fétiche Kongo Nkisi
objet vendu
Art africain > Le fétiche, cet objet emblématique de l'art primitif > Fétiche Kongo Nkisi

Ex collection art africain belge.

les Nkisis sont l'incarnation même de la sorcellerie.
La figure est typique avec le tronc doté de clous et d'inserts en fer reliés par un enchevêtrement de morceaux d'étoffe. Les yeux et la bouche béante sont incrustés de kaolin rendant la pièce expressive.

La sorcellerie agressive kindoki est le mal absolu qu'il faut combattre. A cette fin, des figures protectrices nkisis sont fabriquées et chargées par les nganga de tous les ingrédients nécessaires pour atteindre ce but. Ce n'est pas la morphologie de la sculpture qui détermine son usage, mais tout ce qui est ajouté au réceptacle construit pour cette destination. Ceci sous-entend que le Nkissi n'existe pas exclusivement pour guérir, protéger ou favoriser la chasse ...


Voir la fiche

Vendu

Fétiche Bwa Koro
objet vendu
Art africain > Le fétiche, cet objet emblématique de l'art primitif > Fétiche Bwa Koro

Ex collection art africain française. On ne retrouve ce type de réalisation que chez les Bwa situés au Mali sur le plateau de Tominian .
Ils sont la représentation d’un danseur qui porte un masque de feuilles qui par essence est éphémère puisque composé d’un filet de fibres végétales, le tout surmonté d’un ornement de plumes.
Les costumes ne survivent pas au-delà du jour de danse.
Ils ne peuvent être portés que la sève encore présente dans les végétaux.
Ils sont l’incarnation du Do, de la capacité de la nature à se régénérer à chaque saison.
Dans la culture Bwa, il existe une véritable dualité entre ces réalisations végétales qui par l’éphémère renvoit non pas à un temporalité circonscrite mais une notion métaphysique d’une force justement intemporelle ...


Voir la fiche

Vendu

Figure de pouvoir Kongo Nkisi
objet vendu
Art africain > Le fétiche, cet objet emblématique de l'art primitif > Figure de pouvoir Kongo Nkisi

Chez les Kongo, le nganga se chargeait des rituels en activant une force spirituelle avec un nkisi (pl. minkisi). Le terme de nkisi fut ensuite employé pour désigner les notions de "sacré" ou "divin". La catégorie la plus influente des "minkisi kongo" se composait d'instruments destinés à aider les chefs régionaux à faire respecter la loi. On clouait un objet en métal sur une figure en bois dès qu'une décision était prise, chaque clou évoquant un cas particulier : parties en litige, divorce, conflits entre communautés...Le nkondi voulait ainsi s'assurer  que l'accord devant règler le conflit était bien appliqué, et que les individus redoutent les conséquences de leur comportement. Son apparence personnifiait donc la force y résidant. A partir de la seconde moitié du XXe siècle, des ...


Voir la fiche

Vendu

Fétiche Boli Bambara
objet vendu
Art africain > Le fétiche, cet objet emblématique de l'art primitif > Fétiche Boli Bambara

Ex-collection d'art africain belge.
Appelé boli ( pl. boliw ), buffle , dans l'art africain, ce fétiche de taille variable joue un rôle central dans la vie rituelle de la région mandingue. Il existe des "Boliw" de poche, et d'autres qui appartiennent à des chefferies , des sociétés initiatiques telles que les associations d'initiation masculine Kono et Komo dont les membres progressent à travers un processus s’étalant sur plusieurs décennies, et même à des Etats. La fonction principale d'un boli est d'accumuler et de contrôler la force de vie naturelle appelée nyama pour le bénéfice spirituel de la communauté . Utilisés comme autels ou effectués au cours des spectacles de danse , ils sont des créations concues à partir de révèlations miraculeusement accordées aux génies de la ...


Voir la fiche

Vendu

Fétiche Songye Nkisi
objet vendu
Art africain > Le fétiche, cet objet emblématique de l'art primitif > Fétiche Songye Nkisi

Ex collection privée belge d'art africain J. Putteneers.

Pièce sur laquelle on retrouve les constantes graphiques de l'ethnie : bouche portée en avant, nez en triangle, le visage est recouvert d'inscrustations de laiton martelé de pointillés. Au cou, un collier de perles bleus.
Les yeux sont représentés à l'aide de cauris (absent pour l'oeil gauche).

Ces fétiches de protection destinés aux habitations sont parmi les plus prisés d'Afrique. Le Nkisi joue le rôle de médiateur entre dieux et hommes. Les exemplaires de grande taille sont la propriété collective de tout un village, alors que les figures plus petites appartiennent à un individu ou une famille. Au XVIème siècle, les Songyes migrèrent de la région du Shaba pour s'établir sur la rive gauche de la ...


Voir la fiche

Vendu

Statue Fétiche Zande
objet vendu
Art africain > Le fétiche, cet objet emblématique de l'art primitif > Statue Fétiche Zande

Il s’agit d’un fétiche Zandé, population d'Afrique centrale vivant principalement en République démocratique du Congo, autour des rives de l'Uelé.
Le nom Niam-Niam (ou Nyam-Nyam), désormais considéré comme péjoratif, fut fréquemment utilisé pour désigner les Azande durant le XIXe et au début du XXe siècle. Ce nom, probablement d'origine dinka, signifie dans cette langue « grands mangeurs » (c’est peut-être une onomatopée), se rapportant censément à des penchants plus ou moins avérés pour le cannibalisme.
La signification de cette pièce est toujours sujette à débat mais pourrait se rapporter à la punition infligée par la « justice clanique » à deux personnes qui seraient encordées et jetées dans l’Uelé. Ce fétiche à l'allure très singulière est composé de deux personnages, ...


Voir la fiche

Vendu

Tableau fétiche Ijo
objet vendu
Art africain > Le fétiche, cet objet emblématique de l'art primitif > Tableau fétiche Ijo

Il s'agit ici d'un objet atypique d'art africain.
Les tableaux fétiches Ijo sont des pièces rarement rencontrées.

Celui-ci est constitué d'un ensemble de personnages agrémentés d'habits en rafia et d'instruments comme des gourdins et des couteaux en bois. Cette scène est richement décorée de pigments colorés accompagnés d'éléments tels que des plumes.
Un fétiche est un objet auquel on attribue des vertus magiques, bienfaisantes ou malfaisantes. Bien des tribus sont convaincues que ces objets acquièrent leurs pouvoirs de par les rites et consécrations auxquels ces objets sont soumis et au cours desquels des libations et danses peuvent être effectuées.


Voir la fiche

Vendu

Couple d autels des ancêtres Asen Fon
objet vendu
Art africain > Le fétiche, cet objet emblématique de l'art primitif > Couple d'autels des ancêtres Asen Fon

Ex collection privée d'art africain Emile Robyn (Bruxelles, Belgique).
Couple d'autels d'ancêtres attribué à l'éthnie Fon et dont le nom vernaculaire est "Asen".
On retrouve également ce type d'autel chez les Ewès du Togo où il porte le nom de "Assanyi".
Placé dans la cour familiale, il permet de rendre hommage au défunt et par de là à la lignée familiale.
Réalisé en fer, toujours à deux étages : en haut une scène rendant gloire au défunt dans une scène où il s'est illustré durant sa vie.
Dans le bas : un plateau auquel est accroché de petites cloches.
On remarque aussi la présence de morceaux d'étoffe nouées en signe d'offrande.

C’est le grand-père d’Emile, Abel Robyn, qui débuta la collection en 1850.
Celle-ci fut transmise sur ...