Joyeux Noël 2019. Meilleurs voeux 2020, moins 20%
La Porte Dogon, galerie d'art africain, le site de vente en ligne d'Essentiel Galerie: Art premier, art tribal, art primitif

Art africain > Terres cuites > Tête Nok

Tête Nok en terre cuite (N° 14760)

Ex-collection art africain belge.
Cette tête africaine Nok est accompagnée de son test de thermoluminescence pratiqué en 1996 par le laboratoire allemand Ralf Kotalla ( TL n° 961155) qui confirme une ancienneté de plus ou moins 2 200 ans. Estimée en salle de vente entre 3.500 et 4.000 euros, cette terre cuite africaine est issue de la collection Guy Mercier, consultant pour le groupe Solvay, et transmise de génération en génération. Guy Mercier entreprit au début du XX° siècle de rassembler une vaste collection d'art tribal africain. Tout en rayonnant en Afrique de l’ouest et centrale dans le cadre de son travail, et récoltant des œuvres in-situ, la majorité de sa collection est cependant issue de « cabinets de curiosité » qui ont foisonné dans les capitales européennes pendant les années 20. Elle provient en outre de galeries prestigieuses (Paris, Bruxelles, Londres, New-York). Fissures et manque au sommet. L'exploitation de gisements d'étain dans le Nigéria central permit d'exhumer, à partir de 1929, des figures en terre cuite qui, d'après les tests effectués au moyen de la thermoluminescence, sont issues de la civilisation Nok ( du nom du village minier ). Cette civilisation est née approximativement vers 600 avant J-C pour s'éteindre mystérieusement suite à une famine ou une épidémie autour de 250 après J.C. Des outils agricoles et des haches de pierre apparurent également, confirmant la notion d'agriculteurs sédentarisés vivant de la production de l'igname et d'huile de palme. Des scories de fourneaux confirmèrent par la suite qu'ils maîtrisaient également les techniques de la forge. La première tête fut découverte à Tsauni en 1943 à huit mètres de profondeur. Elle fut utilisée comme épouvantail puis fut acquise par le directeur de la mine qui la fit découvrir au jeune archéologue Bernard Fagg, administrateur civil. Cent cinquante terre cuites, issues de la vallée au nord du confluent de la Benoué et du fleuve Niger, furent rassemblées en 1952 pour l'inauguration du musée de Jos.  

Regarder la vidéo


Pièce accompagnée de son certificat d'authenticité

Estimation des frais de port ...




ProvenanceEx. collection belge Mercier
EthnieNok
Paysnigéria
MatériauxTerre cuite
Hauteur26
Largeur18
Poids3,60 Kg
Datation estimée200 av. J.C.
Socle inclusOui

Vous pourriez aussi être intéressé par ces objets
Statuette Bankoni

Vous devez être connecté pour accéder aux options suivantes
   Me prévenir si un objet similaire est ajouté au catalogue.
   Me prévenir si le prix de cet objet diminue.
Gérer mes alertes


Des questions sur cet objet ? contactez-nous