La Porte Dogon, galerie d'art africain, le site de vente en ligne d'Essentiel Galerie: Art premier, art tribal, art primitif
...
Options de recherche




Voir nos objets d'exception

Art africain - Statues africaines : fetiche tribal, maternité:

Souvent l'oeuvre des forgerons qui travaillent sur des bois tendres, la statuaire africaine regroupe des statues d'ancêtres, des poupées, des statuettes de jumeaux. Toutes ces statues offrent des formes géométriques aux contours anguleux, aux traits allongés, parfois une expression sévère. Les bras peuvent être collés au corps, ou à contrario ils s'en écartent. On y retrouve des personnages assis ou debout, les bras et les genoux fléchis ou comme chez les Dogons Tellem les bras levés vers le ciel implorant pour la venue de la pluie. Les statues peuvent aussi être utilisées en tant que fétiches pour toute sorte de pratiques animistes, principalement au Congo. Certaines sont en bronze comme au royaume Bénin. Pour l'africain traditionnel leur fonction consiste à rendre visibles les réalités invisibles.


Buste Lega/Zimba  du Bwami
Art africain > Statues africaines : fetiche tribal, maternité > Buste Lega

Ex-collection art tribal africain belge.
L'art africain chez les Lega
Parmi les nombreuses autres utilisées au fil des initiations, cette sculpture africaine figurant une tête portée par un cou conique appartenait à un initié du Bwami.

Patine claire veloutée.
L'enseignant guidait l'aspirant dans un lieu où étaient exposés masques et statuettes, et c'est à travers une observation attentive que le futur initié devait deviner la signification plus ou moins complexe des métaphores évoquées par les sculptures, ces dernières se référant largement à des proverbes et dictons. Ceux qui n'étaient pas autorisés à voir l'objet, afin d'en être protégés, devaient se soumettre à de coûteuses cérémonies, et parfois même rejoindre le grade inférieur du Bwami, le ...


Voir la fiche

125,00

Statue rituelle Lega
Art africain > Statues africaines : fetiche tribal, maternité > Statuette Lega

Collection art africain belge.
L'art tribal des Lega, Balega, ou encore Warega, se distingue par ses statuettes d'initiation, également réalisées dans de l'ivoire, dont certaines était conservées dans un panier destiné aux plus hauts gradés du Bwami de différentes communautés. Ce type de statuette d'art tribal Iginga ( Maginga au pluriel), était la propriété des hauts gradés du Bwami , société secrète admettant les hommes et leurs épouses , et régissant la vie sociale . Cette organisation était subdivisée en étapes initiatiques, la plus élevée étant le Kindi. Les statuettes étaient utilisées au fur et à mesure de l'initiation des aspirants. Chacune est une représentation disposant d'une forme et d'une signification particulière dont découle toujours une morale ou un dogme. La ...


Voir la fiche

120,00

Figure masculine Zande
objet vendu
Art africain > Statues africaines : fetiche tribal, maternité > Statuette Zande

Ex-collection art africain belge.
Les Zande ont principalement sculpté deux types de statues, les Kudu, d'une hauteur comprise entre 30 et 50 cm représentent des ancêtres, et les statues Yanda de 10 à 20 cm, de forme animale ou humaine, ayant un rôle apotropaïque, exposées durant les rites divinatoires au cours des rituels de la société Mani . Cette statuette dont le visage au menton plat forme une avancée, offre des bras réduits et des membres inférieurs trapus et écartés. Patine beige incrustée de kaolin. Fissures de dessication et érosions.
Autrefois désignés sous l'appellation " Niam-Niam " car considérées comme anthropophages, les tribus regroupées sous le nom de Zande , Azandé , se sont installées, en provenance du Tchad, à la frontière de la R.D.C.(Zaïre), ...


Voir la fiche


Vendu à 150.00 Trouver un objet similaire

Statue féticheTeke
objet vendu
Art africain > Statues africaines : fetiche tribal, maternité > Fétiche Teke

Figure à la morphologie singulière, bel objet de décoration dépourvu de bras et doté d'un buste en tonneau annelé. Elle est portée par d'épaisse jambes dont les pieds sont endommagés. Ces fétiches étaient en général toujours chargés rituellement d'éléments magiques, ce qui n'est pas le cas ici. Patine brun noir satinée.
Etablis entre la République du Congo, la République démocratique du Congo et le Gabon, les Téké étaient organisés en chefferies dont le chef était souvent choisi parmi les forgerons. Le chefs de famille, mfumu , avait droit de vie ou de mort sur sa famille dont l'importance déterminait son prestige. Le chef du clan, ngantsié ,conservait quant à lui le grand fétiche protecteur tar mantsié qui supervisait toutes les cérémonies. C'est le puissant sorcier guérisseur ...


Voir la fiche


Vendu à 95.00 Trouver un objet similaire

Statuette Mbole Ofika du Lilwa
Art africain > Statues africaines : fetiche tribal, maternité > Statue Mbole

Ex-collection art africain allemande.
L'attitude de cette figure africaine sculptée renvoie à la peine du condamné du Lilwa. La position est caractéristique: les jambes fléchies, bras pliés de façon non naturelle, mains posées sur les cuisses.
Intéressante patine noirâtre, révélant partiellement un bois clair doré sous-jaçent. Abrasions et fissures.
Socle en plexi sur demande ( voir "produit associé" ) à 20 euros.
La province du Lualaba comptait plusieurs ethnies proches disposant d'associations similaires. Les Mbole sont connus pour leurs statues incarnant, selon D. Biebuck, des pendus, nommées ofika. Le lilwa, association aux rites initiatiques dogmatiques avait pour coutume de juger et de condamner à la pendaison les coupables d'infractions aux règles ...


Voir la fiche

380,00

Statue Kongo Yombe Pfemba
Art africain > Maternité, statues, bronze, bois > Maternité Kongo

Collection art africain belge.
Figurine africaine sculptée des Kongo , cette effigie féminine incarne l'ancêtre du clan, figure médiatrice.
L'enfant incarne la transmission matrilinéaire du pouvoir.
La bouche dévoile des dents traditionnellement limées, les yeux semblent exorbités, soulignant la capacité de l'aïeule à discerner les choses occultes.
L'usage de ce type de sculptures demeure méconnu. Elles formaient cependant fréquemment le motif sculpté au sommet des cannes de chefs.
Patine brun clair. Fissures et abrasions.
Clan du groupe Kongo , les Yombe sont établis sur la côte occidentale africaine, dans le sud-ouest de la République du Congo et en Angola. Leur statuaire comporte de remarquables maternités. Chez les Kongo , le ...


Voir la fiche

110,00

Statue Baule Waka sona
Art africain > Statues africaines : fetiche tribal, maternité > Statue Baoule

Campée avec assurance sur une base circulaire, les mains placées autour de l'ombilic, la figure masculine offre des ornements tégumentaires indiquant le concept de beauté des Baoulé, constante dans l' art africain .
Patine lisse bicolore.
Fissures de dessication.
Une soixantaine de groupes ethniques peuplent la Côte d'Ivoire, dont les Baoulé, au centre, Akans venus du Ghana, peuple de la savane, pratiquant la chasse et l'agriculture tout comme les Gouro dont ils ont emprunté les cultes rituels et les masques sculptés. Deux types de statues sont produites par les Baoulé, Baulé, dans le cadre rituel: Les statues Waka-Sona, " être de bois " en baoulé, évoquent un assié oussou, être de la terre. Elle font partie d'un type de statues destinées à être utilisées en tant ...


Voir la fiche

290,00

Statuette Yaka Yiteke
Art africain > Le fétiche, cet objet emblématique de l'art primitif > Fétiche Yaka

Ex-collection art africain belge.
Ces statues tribales, charmes rituels appartenant aux lignages et assurant une protection contre les ennemis, étaient réalisées suivant les instructions du Nganga ngoombu et du commanditaire de l'objet. Ces sculptures étaient ensuite activées à l'aide de rituels et de formules incantatoires, et d'ajouts sous la forme de talismans. L'objet est formé d'un couple placé dos à dos, partageant un même pagne et coiffé d'un cimier commun. La coiffe est celle des chefs de terre, le nez affecte une forme en pointe retroussée caractéristique. Ces sculptures étaient suspendues dans les cases. Patine chocolat enduite de résidus argileux. Fissures de dessication.
Hiérarchique et autoritaire, composée de redoutables guerriers, la société Yaka était ...


Voir la fiche

150,00

Statue rituelle Lega
Art africain > Statues africaines : fetiche tribal, maternité > Statuette Lega

Ex-collection art tribal africain allemande.
Dans l'art africain, cette sculpture anthropomorphe des Lega, dépourvue de bras, était destinée à un initié du Bwami . Elle faisait partie d'un ensemble utilisé au fil des initiations. L'enseignant guidait l'aspirant lega dans un lieu où étaient exposés masques lega africains et statuettes, et c'est à travers une observation attentive que le futur initié devait deviner la signification plus ou moins complexe de ces objets, véritables métaphores se référant largement à des proverbes et dictons. Ceux qui n'étaient pas autorisés à voir l'objet, afin d'en être protégés, devaient se soumettre à de coûteuses cérémonies, et parfois même rejoindre le grade inférieur du Bwami,le kongabulumbu , à grands frais pour les familles. Chacunes de ...


Voir la fiche

150,00

Statue de femme Luba
Art africain > Statues africaines : fetiche tribal, maternité > Statue Luba

Collection art africain luxembourgeoise.
Les Luba considèrent le degré d'efficacité de leurs objets sculptés selon le raffinement de ces derniers. Chez les Lubas du Kasaï, la production es objets rituels a été grandement influencée par les ethnies voisines, Songye, ou Chokwe. Cette statuette en effet porte des scarifications particulières, en damiers, et une coiffure rappelant celle des Punus.
Patine noire satinée. Petite érosion et fissure minime.
Les Luba (Baluba en tchiluba) sont un peuple d’Afrique centrale. Leur berceau est le Katanga, plus précisément la région de la rivière Lubu, ainsi le nom (Baluba, qui veut dire « les Lubas »). Ils sont nés d’une sécession de l’ethnie Songhoy, sous la direction d’Ilunga Kalala qui fit mourir le vieux roi Kongolo ...


Voir la fiche

160,00

Statuette Ewe Venavi
Art africain > Statues africaines : fetiche tribal, maternité > Poupée Ewe

Ex-collection art africain française.
Figure du jumeau disparu, cette statuette féminine représentée nue est dotée d'une patine miel clair incrustée de résidus d'argile blanche. Le bois est fissuré. La sculpture est parée de très fins colliers de perles, formant un cache-sexe au niveau du pubis. On peut noter le modelé des larges oreilles et le gracieux assemblage des tresses.

Les Ewe, souvent confondus avec les Minas, sont le groupe ethnique le plus important du Togo. On les retrouve également comme minorités au Ghana, Bénin, en Côte d'Ivoire et au Nigéria. Bien que l'on dispose de peu d'informations historiques à leur sujet, il semble que leur implantation dans leur localisation actuelle résulte d'invasions et de conflits ayant éclaté dans le courant du XVIIème ...


Voir la fiche

250,00

Statue Metoko
Art africain > Statues africaines : fetiche tribal, maternité > Statue Metoko

Ex-collection art africain espagnole.
Cette sculpture africaine jouait un rôle au cours de rites funéraires, pour, ensuite, être placée sur la tombe du décédé. Le visage, graphique, et le corps, travaillé dans un style réaliste, se divisent en deux couleurs. Incrustations résiduelles argileuses. Fissures de dessication.
Des statues nommées Ibubi, appartenant au Nkumi, ancien du Bukota utilisées comme la figure kakungu pour des rites initiatiques de la société masculine, jouaient un rôle au cours des médiations lors de litiges. Les Metoko et les Lengola, dont les sculptures rituelles sont très proches, sont des peuples de la forêt primaire dédiées au culte d'un Dieu unique, monothéisme rare en Afrique. Leur société comprenant trois grades, le Bukota, ...


Voir la fiche

160,00

Statuette de Pendu Ofika Mbole
Art africain > Statues africaines : fetiche tribal, maternité > Statue Mbole

Collection art tribal africain belge.
La province du Lualaba comptait plusieurs ethnies proches disposant d'associations similaires. Les Mbole sont connus pour leurs statues incarnant, selon D. Biebuck ,des pendus, nommées ofika . Le lilwa , association aux rites initiatiques dogmatiques avait pour coutume de juger et de condamner à la pendaison les coupables d'infractions aux règles imposées. Ces infractions allaient du meurtre à l'adultère en passant par la rupture du secret encerclant le lilwa . Déshonorés, les corps de condamnés ne jouissaient d'aucune funérailles et étaient enterrés dans la forêt. C'est au cours des cérémonies de fin d'initation, présidées par un notable isoya , qu'étaient exhibées ces statues , présentées couchées sur une litière. Le sculpteur a doté son ...


Voir la fiche

190,00

Statuette Lega Kakulu ka Mpito
Art africain > Statues africaines : fetiche tribal, maternité > Statue Lega

Ex-collection art tribal belge.
L'art africain des Lega, Balega, ou encore Warega, se distingue par ses statuettes d'initiation, également réalisées dans de l'ivoire, dont certaines était conservées dans un panier destinés aux plus hauts gradés du Bwami de différentes communautés. Ce type de statuette Iginga ( Maginga au pluriel), était la propriété des hauts gradés du Bwami , société secrète admettant les hommes et leurs épouses , et régissant la vie sociale . Cette organisation était subdivisée en étapes initiatiques, la plus élevée étant le Kindi. Les statuettes étaient utilisées au fur et à mesure de l'initiation des aspirants. Chacune est une représentation disposant d'une forme et d'une signification particulière dont découle toujours une morale ou un dogme. La ...


Voir la fiche

180,00

Statuette  Lega Kakulu ka mpito
objet vendu
Art africain > Statues africaines : fetiche tribal, maternité > Statue Lega

L'art africain des Lega, Balega, ou encore Warega, se distingue par ses statuettes d'initiation, également réalisées dans de l'ivoire, dont certaines était conservées dans un panier destinés aux plus hauts gradés du Bwami de différentes communautés. Ce type de statuette Iginga ( Maginga au pluriel), était la propriété des hauts gradés du Bwami , société secrète admettant les hommes et leurs épouses , et régissant la vie sociale . Cette organisation était subdivisée en étapes initiatiques, la plus élevée étant le Kindi. Les statuettes étaient utilisées au fur et à mesure de l'initation des aspirants. Chacune est une représentation disposant d'une forme et d'une signification particulière dont découle toujours une morale ou un dogme. La particularité des Lega, contrairement à d'autres ...

Statue Dogon
Art africain > Statues africaines : fetiche tribal, maternité > Statue Dogon

Collection art africain française.
Une tête en ogive au visage aveugle, strié, un cou emprisonné dans des excroissances anguleuses, des épaules et des hanches en forme de disque surplombant des jambes tassées, arrondies, ces éléments se marient pour composer cette sculpture dogon.
Patine mate veloutée, fendillements et légères abrasions.
Sculptées pour la plupart sur commande passée par une famille et dans ce cas disposées sur l'autel familial Tiré Kabou , les statues tribales Dogon peuvent aussi être l'objet de cultes de la part de toute la communauté lorsqu'elles commémorent, par exemple, la fondation du village. Ces statues, incarnant parfois le nyama du défunt, sont placées sur des autels d'ancêtres et participent aux différents rituels dont ceux des ...


Voir la fiche

250,00

Figure masculine Nyamézi, Nyamwezi
objet vendu
Art africain > Statues africaines : fetiche tribal, maternité > Statue Nyamézi

Ex-collection art africain luxembourgeoise.
Cette figure humaine de morphologie longiligne offre une tête proportionnellement réduite, dans laquelle les yeux évidés étaient généralement incrustés de perles blanches. L'ampleur des oreilles contraste avec une discrète physionomie où la mâchoire forme un léger renflement. Ce type de statues, parmi la grande variété de la production tribale de cette région, participait au culte des ancêtres, et certaines jouaient un rôle dans des activités traditionnelles de sourcier. Patine lisse et satinée révélant le veinage du bois , gamme de bruns chauds. Manques, fissures.
Les Nyamwézi sont formés de tribus d'origines diverses composant le plus grand groupe du centre de la Tanzanie , et partageant cependant de même traits culturels. Ils ...

Statue Baoulé Blolo bla colon
objet vendu
Art africain > Statues africaines : fetiche tribal, maternité > Statue Colon

Ex-collection art africain suisse.
Parfois nommé "colon", cette statuette forme l'incarnation d'un époux spirituel, sculpté selon les indications du devin. Dans " African art, Western eyes" Susan Vogel rapporte qu'une figure de ce type (p.255), conjoint idéalisé, est représenté vêtu d'une tenue citadine car l'époux est censé disposer d'un travail en ville. Le conjoint terrestre, à travers le culte rendu à ce double spirituel, s'attend à disposer immanquablement de ses ressources, de ses faveurs et de sa protection. Polychromie abrasée. Deux types de statues sont produites par les baoulé dans le cadre rituel : Les statues Waka-Sona , " être de bois " en baoulé, évoquent un assié oussou , être de la terre. Elle font partie d'un type de statues destinées à être utilisées en tant ...

Statue Dogon
Art africain > Statues africaines : fetiche tribal, maternité > Statue Dogon Dege

L'art africain et la mythologie dogon
Sculpture tribale dont le buste s'agence en différents volumes losangiques reliés par des bras interminables se rejoignant au-dessus du sexe protubérant, cette statue africaine Dogon arbore des motifs décoratifs en damiers et un ombilic quadrangulaire stylisé. Une forme de goitre supporte une tête aux traits aïgus, dotée de larges oreilles circulaires. Des colliers et bracelets sont tracés sur les bras. Des agrafes métalliques maîtrisent les fissures apparues au fil du temps. La surface est mate, granuleuse et sèche. Selon Geneviève Calame-Griaule, ces statues, associées à la fécondité, la maternité, nommées dege constituaient des intermédiaires entre les hommes et les esprits ou génies. Ces statues, incarnant parfois le nyama du défunt, ...


Voir la fiche

250,00

Statue poteau Dogon Tellem
objet vendu
Art africain > Statues africaines : fetiche tribal, maternité > Statue Dogon

Ex-collection art africain française.

Les statues africaines tribales des Dogon peuvent aussi être l'objet de cultes de la part de toute la communauté lorsqu'elles commémorent, par exemple, la fondation du village. Ces statues, incarnant parfois le nyama du défunt, sont placées sur des autels d'ancêtres et participent aux différents rituels dont ceux des périodes de semences et de récoltes. Leurs fonctions demeurent cependant peu connues. Influencés stylistiquement par les Tellem qu'ils ont remplacés dans la région de Bandiagara dès le XVème siècle, les Dogon ont adopté cette même position verticale dans leur statuaire. Héritiers des oeuvres tellem abandonnées dans la région, ils en adoptèrent d'ailleurs certaines qu'ils resacralisèrent pour s'en servir dans leurs propres ...

Paire de jumeaux ibedji Yoruba
Art africain > Statues africaines : fetiche tribal, maternité > Statues Ere Ibedji

Collection art africain britannique.
Dotés de nombreuses parures et accessoires protecteurs "abiku", ces statuettes-poupées "ere" (statues), incarnation de jumeaux, disposent d'une coiffure conique formée de tresses, teintée d'indigo. Les enfilades de cauris symbolisent des valeurs de richesse et fécondité. SPatine lustrée acajou.
Dans la langue du peuple Yoruba, ibeji signifie jumeau : ibi pour né et eji pour deux. Ils représentent la figure d'un jumeau décédé. Cet ibedji est alors traité comme l'aurait été l'enfant disparu. C'est la mère qui doit s'occuper de lui ; elle peut le laver et le nourrir régulièrement. Si elle meurt, c'est le jumeau restant qui prend le relais. Il arrivait également qu'un homme fasse sculpter des ibeji pour son épouse dans l'espoir d'une ...


Voir la fiche

230,00