La Porte Dogon, galerie d'art africain, le site de vente en ligne d'Essentiel Galerie: Art premier, art tribal, art primitif
...
Options de recherche




Voir nos objets d'exception

Art africain - Statues africaines : fetiche tribal, maternité:

Souvent l'oeuvre des forgerons qui travaillent sur des bois tendres, la statuaire africaine regroupe des statues d'ancêtres, des poupées, des statuettes de jumeaux. Toutes ces statues offrent des formes géométriques aux contours anguleux, aux traits allongés, parfois une expression sévère. Les bras peuvent être collés au corps, ou à contrario ils s'en écartent. On y retrouve des personnages assis ou debout, les bras et les genoux fléchis ou comme chez les Dogons Tellem les bras levés vers le ciel implorant pour la venue de la pluie. Les statues peuvent aussi être utilisées en tant que fétiches pour toute sorte de pratiques animistes, principalement au Congo. Certaines sont en bronze comme au royaume Bénin. Pour l'africain traditionnel leur fonction consiste à rendre visibles les réalités invisibles.


Statue Holo Kaponya wa pwo nyi cikungulu
objet vendu
Art africain > Statues africaines : fetiche tribal, maternité > Statue Holo

Ex-collection art africain suisse.
Située au Congo Démocratique entre les Yaka et les Tchokwé d'Angola, la petite ethnie Holo a migré de la côte angolaise pour s'installer près des rives du fleuve Kwango. La chasse et l'agriculture assurent leur subsistance. Les ethnies voisines, telle les Suku et Yaka, ont influencé leurs sculptures traditionnelles. Les Holo ont en effet produit des masques heaumes et des objets de prestige pour l'élite dirigeante. Les Holo faisaient usage de sculptures, figures anthropomorphes asexuées et effigies d'oiseaux, afin de se prémunir contre l'influence de mauvais esprits, dont celui de la lune et de l'arc en ciel. Ces statues étaient disposées près des habitations comme protection contre les éclairs. Dans "Chokwe and their Bantu Neighbours"(p.110), ...

Maternité Kongo Phemba
Art africain > Statues africaines : fetiche tribal, maternité > Statue Kongo

Collection art africain française.
Sous-groupe de l'ethnie Kongo , les Yombe, établis sur la côte occidentale africaine, dans le sud-ouest de la République du Congo et en Angola, se caractérisent par une statuaire dans laquelle diverses figures de maternité abondent : coiffes rondes ou pointues, bouche entrouverte sur des dents effilées, regard parfois vitré dans lesquels les pupilles sont bien visibles, personnages agenouillés, debout, assis. Des scarifications en relief ornent le buste des effigies, tel le buste de cette statue Phemba. Ces entailles effectuées à l'aide d'aiguilles, de couteaux et de rasoirs, étaient ensuite enduites de charbon ou de cendres afin d'accélérer la cicatrisation.
La mère est assise en tailleur sur une base circulaire, un nourrisson sur les ...


Voir la fiche

85,00

Statue Baule, Baoulé, Blolo bia
Art africain > Statues africaines : fetiche tribal, maternité > Statue Baule

Ex-collection art africain française.
Les "doubles inversés" dans les sculptures d' art tribal des Baule
De nombreux détails façonnés avec un soin minutieux magnifient cette sculpture de femme figée dans une posture traditionnelle, l'éclat des perles tranchant avec l'épiderme sombre, les mains symboliquement placées autour de la région ombilicale. Patine satinée noire. Fissures et abrasions très minimes.
Une soixantaine de groupes ethniques peuplent la Côte d'Ivoire, dont les Baoulé,au centre, Akans venus du Ghana, peuple de la savane, pratiquant la chasse et l'agriculture tout comme les Gouro dont ils ont emprunté les cultes rituels et les masques sculptés. Deux types de statues sont produites par les Baoulé , Baulé , dans le cadre rituel : Les statues ...


Voir la fiche

380,00

Statue Songye Nkishi
Art africain > Le fétiche, cet objet emblématique de l'art primitif > Fétiche Nkishi

Ex-collection art africain belge.
Les figures Nkishi des Songye sont réputées pour leur plastique singulière, telle cette sculpture humaine au visage affichant un rictus jubilatoire édenté. La démesure s'inscrit également dans la partie inférieure du visage, les longs doigts maintenant avec provocation le bulbe de l'abdomen, d'immenses pieds surplombant la base cylindrique. Patine noire satinée. Fissure de dessication.
Le fétiche Songye, sculpture magique Nkisi , nkishi (pl. mankishi ), joue chez les Songye le rôle de médiateur entre dieux et hommes. Les exemplaires de grande taille sont la propriété collective de tout un village, les figures plus petites appartenant à un individu ou une famille. Au XVIème siècle, les Songyes migrèrent de la région du Shaba pour ...


Voir la fiche

680,00

Statuette Luluwa Bwa cibola
Art africain > Statues africaines : fetiche tribal, maternité > Maternité Lulua

Ex-collection art africain française.
Les différents types de statues africaines Luluwa, Lulua, ou encore Béna Lulua, présentant de multiples scarifications, glorifient les chefs locaux, la maternité , la fécondité et la figure féminine. Cette maternité africaine est associée au culte Buanga bua cibola , et serait censée, selon les Lulua, protéger les enfants et la femme enceinte. Le personnage met en évidence un abdomen proéminent, centre du corps et "objet de toutes les sollicitudes" ( La puissance du sacré , M. Faïk-Nzuji ) Patine brun grisé.
C'est dans le sud de la République Démocratique du Congo que se sont installés les Lulua , ou Béna Lulua ,en provenance d'Afrique occidentale. Leur structure sociale, fondée sur les castes, est similaire à celle des ...


Voir la fiche

180,00

Tête Lega
Art africain > Statues africaines : fetiche tribal, maternité > Statuette Lega

Collection art africain belge.
Statuette africaine Sakimatwematwe (Multi-têtes) appartenant à un initié du Bwami, parmi les nombreuses autres utilisées au fil des initiations, liée à un proverbe Lega. Dotée de deux têtes ou plusieurs, cette statuette illustrerait toujours la nécessité d'une vision globale des évènements, et donc la prudence, la sagesse et l'impartialité qui devraient en découler. (Biebuyck 1973).
Patine veloutée abrasée, résidus granuleux de kaolin. Manques et fissures de dessication.
Au cours des rites initiatiques du Bwami, chez les Lega, l'enseignant guidait l'aspirant dans un lieu où étaient exposés masques et statuettes, et c'est à travers une observation attentive que le futur initié devait deviner la signification plus ou moins complexe ...


Voir la fiche

120,00

Tête Lega - Congo
objet vendu
Art africain > Statues africaines : fetiche tribal, maternité > Statuette Lega

Collection art africain belge.
Identifiable d'après son contexte d'utilisation, ce buste, doté de deux visages surmontés d'un toupet de plumes évoquant l'une des coiffes des aspirants au Bwami, appartenait à un initié du Bwami et faisait partie d'un ensemble utilisé au fil des initiations. Il n'était visible qu'à ce moment. L'enseignant guidait l'aspirant dans un lieu où étaient exposés masques et statuettes, et c'est à travers une observation attentive que le futur initié devait deviner la signification plus ou moins complexe de ces objets, véritables métaphores se référant largement à des proverbes et dictons. Ceux qui n'étaient pas autorisés à voir l'objet, afin d'en être protégés, devaient se soumettre à de coûteuses cérémonies, et parfois même rejoindre le grade inférieur du ...


Voir la fiche


Vendu à 120.00 Trouver un objet similaire

Statues de jumeaux Yoruba Ibeji
Art africain > Statues africaines : fetiche tribal, maternité > Statuettes Ibedji

Collection art africain belge
Les Ibeji , images de substitution dans l'art africain.
Traditionnellement sculptés dans l'iroko, dont les racines et les feuilles sont également utilisées dans un but rituel, ces figures " ere" (statues) de jumeaux se présentent sous la forme de figures de couple. Les pièces sont reliées par des cauris, constituant, au même titre que le métal et les perles, les "abiku", parures protectrices.
Dans la langue du peuple Yoruba, ibeji signifie jumeau : ibi pour né et eji pour deux. Ils représentent la figure d'un jumeau décédé. Cet ibedji est alors traîté comme l'aurait été l'enfant disparu. C'est la mère qui doit s'occuper de lui ; elle peut le laver et le nourrir régulièrement. Si elle meurt, c'est le jumeau restant qui prend le relais. ...


Voir la fiche

450,00

Statues de jumeaux Yoruba Ibeji
Art africain > Statues africaines : fetiche tribal, maternité > Ibedji Yoruba

Collection art africain belge.
Les "abiku", parures à visée protectrice, se déclinent ici en colliers colorés ainsi qu'une chaîne constituée de cauris qui unit les statuettes-poupées "ere" (statues), évocation de jumeaux. Leur coiffure est formée de tresses rassemblées en un chignon conique. Les mains sont placées sur les hanches. Surface lisse et satinée, incrustations sombres résiduelles. Dans la langue du peuple Yoruba, ibeji signifie jumeau : ibi pour né et eji pour deux. Ils représentent la figure d'un jumeau décédé. Cet ibedji est alors traîté comme l'aurait été l'enfant disparu. C'est la mère qui doit s'occuper de lui ; elle peut le laver et le nourrir régulièrement. Si elle meurt, c'est le jumeau restant qui prend le relais. Il arrivait également qu'un homme fasse ...


Voir la fiche

450,00

Statue d ancêtre Hemba Singiti
Art africain > Statues africaines : fetiche tribal, maternité > Statuette Hemba

Collection art africain suisse.
Commémorant un chef local, chargé d'intercéder envers les hommes auprès des dieux, cette figure d' art tribal hemba se démarque par son port altier. Les détails sculptés ont été rendus avec minutie. Douce patine satinée, résidus de kaolin.

Généralement réalisées dans de l'iroko,ces sculptures rituelles étaient vénérés par un clan particulier et entreposées dans des locaux à usage funéraire dans la maison du chef.
Patine brun grisé mat. Fissures de dessication, et nombreuses érosions.
Les Hemba, établis dans le sud-est du Zaïre, sur la rive droite de la Lualaba, ont longtemps été soumis à l'empire luba voisin qui a eu sur leur culture, leur religion et leur art une influence certaine. Le culte des ancêtres, dont les ...


Voir la fiche

150,00

Statue d ancêtre Hemba Singiti
Art africain > Statues africaines : fetiche tribal, maternité > Statue Hemba

Cette sculpture d' art africain hemba commémorant un chef local, intermédiaire entre les hommes et les dieux, se démarque par sa tête proportionnellement imposante et son port altier. . Patine mate granuleuse, érosions et fissures.

Généralement réalisées dans de l'iroko,ces sculptures rituelles étaient vénérés par un clan particulier et entreposées dans des locaux à usage funéraire dans la maison du chef.
Les Hemba, établis dans le sud-est du Zaïre, sur la rive droite de la Lualaba, ont longtemps été soumis à l'empire luba voisin qui a eu sur leur culture, leur religion et leur art une influence certaine. Le culte des ancêtres, dont les effigies ont longtemps été attribuées aux Luba, est central dans la société hemba . La généalogie est en effet garante des ...


Voir la fiche

150,00

Figure d autel Eshu, Esu, Yoruba
objet vendu
Art africain > Statues africaines : fetiche tribal, maternité > Statue Yoruba

Ex-collection art africain belge.
Sculpture africaine associée à "Esu, Eshu", ou "Ogo Elegba", messager divin du panthéon Yoruba, intermédiaire entre les humains et le Dieu Olodumare, censé accorder bienfaits et punitions, et garantissant l'équilibre de la création à travers les offrandes, sacrifices et libations qui lui sont administrés. Il est Legba dans le vaudou des Fon.
La coiffure caractéristique (personnage au sommet) symbolise la fertilité et l'énergie. Ces figures sculptées reflétent l'iconographie de l' art tribal Yoruba.
Patine discrètement polychrome. Fissures. Les Yoruba, plus de 20 millions, occupent le sud-ouest du Nigéria et la région centre et sud-est du Bénin sous le nom de Nago. Les royaumes d' Oyo et Ijebu sont nés suite à la disparition ...

Statuette Lengola
objet vendu
Art africain > Statues africaines : fetiche tribal, maternité > Statuette Lengola

L' art africain stylisé des tribus de la forêt.
Figure féminine au visage plane traversé d'un long nez, probablement associée aux statuettes nommées akunga qui étaient utilisées par les membres de la société féminine ekongo . Patine lustrée sombre.
Les Lengola , sont établis près des Metoko au centre du bassin congolais entre les rivières Lomami et Lualaba, peuple de la forêt primaire dédié au culte d'un Dieu unique, monothéisme rare en Afrique. Leur société , le Bukota , accueillant à la fois des hommes et des femmes,est l'équivalent de l'association Bwami des Lega. Leurs sculptures, soumises à l'influence des Mbole, Lega et Binja voisins, jouaient un rôle au cours des cérémonies d'initiation,de funérailles ou de circoncision, et étaient ensuite placées sur la ...


Voir la fiche

Vendu

Statuette Kongo
objet vendu
Art africain > Statues africaines : fetiche tribal, maternité > Statuette Kongo

Collection art africain française.
Statuette africaine kongo Yombe au regard vitré, symbolisant la connection au monde spirituel. Le buste, sous les seins en obus, est gravé des motifs scarifiés en usage chez les Kongo. La patine brillante, huilée, porte des résidus pelliculeux de couleur rouge sur et autour du visage. Fendillements. Les cultures Solongo d'Angola et Yombé ont été largement influencées par le royaume Kongo dont elles ont emprunté la statuaire naturaliste et les rîtes religieux au moyen de fétiches sculptés nkondo nkisi . Les Yombe se sont établis sur la côte occidentale africaine, dans le sud-ouest de la République du Congo et en Angola. Leur sculpture est principalement naturaliste, composée d'insignes et emblèmes de cour, d'objets anecdotiques liés ...


Voir la fiche

Vendu

Statue fétiche Nkishi Songye
Art africain > Statues africaines : fetiche tribal, maternité > Fétiche Songye

Ex-collection art africain belge.
Sculpture magique nkishi (pl. mankishi )dont le visage reprend les traits des masques kifwebe. Taillée en volumes anguleux, elle est en outre chargée du bishimba logé dans la corne ou dans le bourrelet entourant le buste, l'abdomen n'en recélant apparemment pas. Pour les Songye, l'ajout de divers accessoires, métal, quolifichets, etc... renforçait la "puissance" du fétiche. Patine mate veloutée. Erosions. br />
Ces fétiches de protection destinés aux habitations sont parmi les plus prisés d'Afrique. Le Nkisi joue le rôle de médiateur entre dieux et hommes. Les exemplaires de grande taille sont la propriété collective de tout un village, alors que les figures plus petites appartiennent à un individu ou une famille. Au XVIème siècle, ...


Voir la fiche

240,00

Singe fétiche Bulu, Boulou
Art africain > Statues africaines : fetiche tribal, maternité > Statue Boulou

Ex-collection art africain française.
Les sculptures animalières dans l' art africain .
Incarnant l'esprit de la forêt nkug, cette statue protectrice représente de façon naturaliste un gorille et son petit. Les volumes arrondis ont été privilégiés, le sujet principal s'enroulant maternellement contre le petit. Des amas argileux mêlés de duvet d'oisillon, résidus de pratiques libatoires, demeurent sur la surface. Rehauts colorés, fissures de dessication.
Situés entre le Cameroun et le Gabon, dans la forêt équatoriale ,les Boulou font partie de l'ensemble Fang-Beti. Comme les Fang du Sud Cameroun célèbres pour leurs grands masques blancs, et au contact des Bakwele de l'extrème sud-est du Cameroun, les Boulou ont aussi pratiqué le rite du Ngi pour lutter contre la ...


Voir la fiche

380,00

Statue mixte Zande
objet vendu
Art africain > Statues africaines : fetiche tribal, maternité > Statue Zande

Collection art africain belge.
Sculpture intégrant la grande variété d'objets du culte Yanda dont la composition inventive se décline en personnages placés dos à dos formant un être hybride d'aspect surnaturel. Patine huileuse brune, résidus granuleux.
Autrefois désignés sous l'appellation " Niam-Niam " car considérés comme anthropophages, les tribus regroupées sous le nom de Zande , Azandé , se sont installées, en provenance du Tchad, à la frontière de la R.D.C.(Zaïre), du Soudan et de la République centrafricaine. D'après leurs croyances l'homme serait doté de deux âmes dont l'une se transforme à son décès en animal-totem du clan auquel il appartient. Leurs sculptures sont liées à leur société secrète depuis le début du XXe siècle, le Mani, exaltant l'importance des ...


Voir la fiche

Vendu

Statue Lobi Bateba
Art africain > Statues africaines : fetiche tribal, maternité > Statue Lobi

Ex-collection art africain française;
Figure africaine féminine représentée nue, et dont les spécificités semblent indiquer qu'elle était associée à la fécondité. Ce type de sculptures étaient placées sur l'autel après un rituel pour devenir le réceptacle d'un esprit de la brousse, le Thil, et devenir ainsi un être actif, intermédiaire qui lutte contre les sorciers et toutes autres forces néfastes. br> Fissures minimes. Patine mate granuleuse.
Lorsqu’ils sont honorés, ces esprits manifesteraient leur bienveillance sous la forme de pluies abondantes, de bonne santé, de naissances nombreuses. Ces esprits sont censés, chez les Lobi, transmettre aux devins les lois à suivre afin de bénéficier de leur protection.
Ils sont représentés par des sculptures en bois ou en ...


Voir la fiche

490,00

Statue Kongo "colon"
Art africain > Statues africaines : fetiche tribal, maternité > Statue Kongo

Ex-collection art africain belge.
Coiffé d'un haut couvre-chef, vêtu d'une tenue militaire, et chaussé d'épaisses bottines, ce personnage de "colon" est figuré dans une posture nonchalante et assurée, mains dans les poches. La subtile expression du visage, traitée avec efficacité, contribue à souligner cet effet. Patine mate sableuse, localement assombrie. Légères fissures.
Au XIIIème siècle, le peuple Kongo, conduit par son roi Ne Kongo, s'installa dans une région à la croisée des frontières entre l'actuelle RDC, l'Angola et le Gabon. Deux siècles plus tard, les Portugais entrèrent en contact avec les Kongo et convertirent leur roi au christianisme. Bien que monarchique, le système politique kongo présentait un aspect démocratique car le roi était en réalité placé à la ...


Voir la fiche

280,00

Effigie d ancêtre Luba sur socle
Art africain > Statues africaines : fetiche tribal, maternité > Statuette Luba

Ex-collection art africain belge.
Statuette africaine Luba figurée dans une posture frontale, mains reposant sur les épaules. Sa coiffe, derrière un large bandeau découvrant un front rasé, est en relation avec celle que portait les femmes luba au début du XXe siècle. Par son geste symbolique elle indique que les secrets de la royauté (les bizila) appartiennent aux femmes grâce à leur rôle d'intermédiaire politique et spirituel. Des scarifications en relief sur l'abdomen, horizontales sur le bas-ventre, parsèment son buste. Patine satinée noire, érosions.
Les Luba (Baluba en tchiluba) sont un peuple d’Afrique centrale. Leur berceau est le Katanga, plus précisément la région de la rivière Lubu, ainsi le nom (Baluba, qui veut dire « les Lubas »). Ils sont nés d’une ...


Voir la fiche

140,00

Figure féminine Togbo / Ngombe
Art africain > Statues africaines : fetiche tribal, maternité > Statue Togbo

Ex-collection art africain belge
Sculpture africaine offrant, entre d'amples oreilles circulaires, un visage concave que divise un nez imposant. Les yeux sont gravés en bouton, une large bouche est incisée de dents. Le buste étiré porte des marques parallèles en "v" d'origine ngombe. Patine lisse acajou, érosions.
Issus du groupe Banda , les Togbo imigrèrent originellement de la région du lac Tchad vers les territoires de l'Oubangui. Ils ont cotoyé les Ngbaka et les Ngombe , ont partagé les us et coutumes de différents clans Banda , mais ont surtout été marqués par l'influence des populations de République centrafricaine (RCA). Outre les ancêtres, ils craignent les esprits de la nature et pratiquent la divination dans le but de tenter d'améliorer leur destinée. ...


Voir la fiche

280,00